25 février 2021
Protocole congés 2021 : Déclaration de la délégation SUD-Rail
25 février 2021
Sommaire

1. Sur la consul­ta­tion du CSE

2. Sur l’application du protocole

3. Sur le contenu

Ce 25 février 2021 se tenait une réunion ordi­naire du CSE de Captrain France. Suite à l'entrée en vigueur du pro­to­cole congés 2021, qui a fait l'objet d'un tract SUD-Rail, voi­ci la décla­ra­tion de la délé­ga­tion des éluEs SUD-Rail au CSE, qui a été lue en séance et qui sera annexée au pro­cès verbal.

 

SUD-Rail prend acte de l’adoption du pro­to­cole congés 2021 lors de la réunion du CSE du 28 jan­vier 2021, au point « Information et consul­ta­tion concer­nant la mise en oeuvre du pro­to­cole congés », mais sou­haite por­ter à l’attention de la direc­tion, des membres éluEs du CSE et des salariéEs, quelques remarques.

Sur la consul­ta­tion du CSE

Suite aux dis­cus­sions en séance, SUD-Rail a deman­dé un délai de quelques jours afin de se mettre en mesure de rendre un avis moti­vé. La direc­tion a mani­fes­té son insa­tis­fac­tion en rap­pe­lant que la consul­ta­tion était pré­vue à l’ordre du jour, qu’elle atten­dait donc un avis ce jour-là, qu’elle était tenue par des délais res­treints du fait de l’information à por­ter à la connais­sance des salariéEs concer­nant les périodes de prise de congés, qu’elle ne com­pre­nait pas com­ment il était pos­sible d’émettre un avis hors séance, et qu’il convien­drait de ne plus pro­cé­der de la sorte à l’avenir.

Nous rap­pe­lons donc que l’Article L. 2312-15 du Code du tra­vail pré­voit que, dans l’exercice de ses attri­bu­tions consul­ta­tives, le CSE doit dis­po­ser, pour émettre ses avis et ses voeux, « d’un délai d’examen suf­fi­sant » ; que l’article 7 de l’accord d’entreprise de mise en place et de fonc­tion­ne­ment du CSE fixe ce délai, pour une consul­ta­tion ponc­tuelle telle que celle sur le pro­to­cole congés 2021, à 15 jours calen­daires à comp­ter de la com­mu­ni­ca­tion du docu­ment par l’employeur.

La direc­tion ayant com­mu­ni­qué le pro­jet de pro­to­cole congés aux membres du CSE en date du 22 jan­vier 2021, ces der­niers dis­po­saient donc d’un délai cou­rant jusqu’au 6 février 2021 pour émettre leurs avis.

Par consé­quent, ce n’était pas aux éluEs de s’empresser de don­ner des avis hâtifs, mais à la direc­tion de prendre ses dis­po­si­tions : si elle sou­hai­tait des avis au plus tard à la séance du 28 jan­vier, elle aurait dû com­mu­ni­quer son pro­jet au moins le 13 janvier.

Par consé­quent encore, les éluEs sont en droit, à l’avenir, de prendre le délai suf­fi­sant pour rendre leurs avis et voeux motivés.

La direc­tion a par ailleurs lais­sé entendre qu’en cas d’avis défa­vo­rables de la majo­ri­té des membres éluEs du CSE, elle serait contrainte de renon­cer à son pro­jet de pro­to­cole pour reve­nir aux noti­fi­ca­tions régle­men­taires pas­sées, fai­sant ain­si croire qu’un avis du CSE a valeur de déci­sion patronale.

Nous rap­pe­lons donc que ce même Article 2312-15 du Code du tra­vail pré­voit que « l'employeur rend compte, en la moti­vant, de la suite don­née aux avis et voeux du comi­té ». Autrement dit, en aucun cas un avis majo­ri­taire du CSE a une quel­conque valeur coer­ci­tive, comme si cette ins­tance co-dirigeait l’entreprise : l’employeur reste tou­jours libre de le suivre ou non.

Par consé­quent, de deux choses l’une : si la direc­tion sou­haite doré­na­vant suivre sys­té­ma­ti­que­ment les avis majo­ri­taires du CSE, qu’elle nous le dise ! Car ce serait un colos­sal pro­grès révo­lu­tion­naire qui recueille­rait notre éter­nelle admi­ra­tion… Si, en revanche, la direc­tion avait une par­faite connais­sance de cette dis­po­si­tion légale (ce que nous pen­sons), alors elle a pro­cé­dé tran­quille­ment à un chan­tage fallacieux…

Sur l’application du protocole

Les délais impo­sés aux salariéEs pour com­mu­ni­quer leurs sou­haits de départ en congés pour les périodes 1 et 2 (1er mars 2021 – 30 avril 2021 et 1er mai 2021 – 31 octobre 2021), dont les dates limites sont fixées res­pec­ti­ve­ment au 14 et au 28 février, sont bien trop courts. Il est fort pro­bable que peu de sou­haits soient for­mu­lés dans les temps, ce qui rend caduques les cri­tères de déter­mi­na­tion de l’ordre des départs et anni­hile tout effet posi­tif qu’était cen­sé appor­ter ce pro­to­cole. Là encore, il aurait été sou­hai­table que la direc­tion anti­cipe en sou­met­tant son pro­jet au moins pour la réunion du CSE de décembre 2020.

Qui plus est, nous sommes en mesure de dire que le délai d’information des salariéEs concer­nant les périodes de prise de congés, et en l’occurrence la période 1 (1er mars 2021 – 30 avril 2021) n’a pas été res­pec­té. L’Article D. 3141-5 du Code du tra­vail pré­voit que « La période de prise des congés payés est por­tée par l'employeur à la connais­sance des sala­riés au moins deux mois avant l'ouverture de cette période ». Or, la plu­part des salariéEs de l’entreprise n’avait tou­jours aucune infor­ma­tion au moins au 9 février 2021, sou­vent plus tard encore.

De même, l’Article D. 3141-6 du Code du tra­vail pré­voit que « L'ordre des départs en congé est com­mu­ni­qué, par tout moyen, à chaque sala­rié un mois avant son départ ». Cette dis­po­si­tion est ren­due qua­si­ment inap­pli­cable pour cette période 1.

 Par ailleurs, dans cette infor­ma­tion tar­dive, il est à déplo­rer la com­mu­ni­ca­tion diverse et variée selon les sites d’un cer­tain nombre de fausses infor­ma­tions ne cor­res­pon­dant aucu­ne­ment au conte­nu du pro­to­cole. Ainsi, nous avons pu consta­ter par exemple que :

  • « Pour la période 1 : 2 semaines calen­daires de CP à poser avant le 2802 », alors que pour cette période, les éven­tuels sou­haits res­tent à la libre volon­té des salariéEs ;
  •  « Pour la période 2 : si pas de retours avant la date butoir, les accords se feront à ceux qui ont deman­dé en pre­mier », alors que ce n’est pas ce que pré­voit le protocole ;
  •  « Pour la période 3 : 2 semaines calen­daires de CP à poser avant le 3108 », alors que pour cette période, les éven­tuels sou­haits res­tent à la libre volon­té des salariéEs ;
  •  « Les demandes de pla­ce­ment en CET ne devront être adres­sées qu’au der­nier tri­mestre 2021 », alors que ce n’est pas pré­vu dans le pro­to­cole et c’est contraire à l’accord d’entreprise qui régle­mente le CET.

Il est regret­table que sur la plu­part des sites le pro­to­cole n’ait pas été affi­ché (et ne l’est tou­jours pas à ce jour) ou trans­mis aux salariéEs, comme le deman­dait SUD-Rail, et la ques­tion se pose donc de savoir à quoi bon mettre en place un pro­to­cole congés 2021 si ce sont fina­le­ment d’autres règles qui sont appliquées.

Sur le contenu

L’Article L. 3141-13 du Code du tra­vail pré­voit que « Les congés sont pris dans une période qui com­prend dans tous les cas la période du 1er mai au 31 octobre de chaque année ». Nous réaf­fir­mons, en dépit de celle de la direc­tion, notre posi­tion selon laquelle le Code du tra­vail per­met de défi­nir une période de prise de congés pou­vant s’étaler sur toute l’année, la seule exi­gence étant de cou­vrir la période 1er mai – 31 octobre.

Dans la mesure où ce pro­to­cole congés déroge (à bon escient) à l’accord d’entreprise de révi­sion et d’harmonisation sociale du 17 novembre 2016, en défi­nis­sant de nou­velles périodes de prise de congés, nous sommes, selon nous, dans le cadre de l’Article L. 3141-16 du Code du tra­vail qui per­met de défi­nir la période de prise de congés après avis du CSE.

Par consé­quent, en ver­tu de cet article, nous réaf­fir­mons, en dépit de la réponse moti­vée de la direc­tion en date du 1er février suite aux avis des éluEs du CSE, que les cri­tères de déter­mi­na­tion de l’ordre des départs doivent s’appliquer pour l’ensemble des périodes de prise des congés ain­si défi­nies par ce pro­to­cole, et que donc, les salariéEs ne peuvent en être léséEs.

Enfin, nous sou­hai­tons faire connaître une ultime réflexion non évo­quée lors de la réunion du CSE du 28 jan­vier, selon laquelle il aurait été sou­hai­table de mieux défi­nir les manières dont « tout congé non pris au 31 décembre 2021 sera per­du ». En effet, l’employeur ayant tout droit d’imposer des congés payés annuels, il a la charge de s’organiser de sorte que les salariéEs puissent béné­fi­cier de leurs droits aux congés payés annuels. Or, il est dif­fi­ci­le­ment accep­table que des congés payés annuels puissent être « per­dus » alors qu’ils ont été acquis.

L’Article L. 3141-22 du Code du tra­vail pré­voit la pos­si­bi­li­té du report. Il aurait été salu­taire d’en faire men­tion dans le pro­to­cole. De même qu’il aurait été salu­taire de pré­ci­ser que si le report des congés n'eut été pos­sible, les jours de congés non pris soient indem­ni­sés si le ou la salariéE n'a pas pu prendre tous ses congés du fait de l'employeur.

Au motif de tout ce qui pré­cède, SUD-Rail demande pour le pre­mier semestre 2022 l’ouverture de négo­cia­tions en vue d’aboutir à un accord d’entreprise sur la prise des congés payés dans l’entreprise.

A lire dans la même catégorie

Les règles RH de base chez Captrain France

Les règles RH de base chez Captrain France

Voici les règles RH de base en vigueur au sein de Captrain France, issues prin­ci­pa­le­ment de l'accord de branche fer­ro­viaire du 31 mai 2016 rela­tif à l'organisation du tra­vail, que SUD-Rail n'a pas signé, et de quelques accords d'entreprise. Confectionné à toutes fins utiles, parce que "nul n'est cen­sé igno­ré la loi" ! Disponible gratuitement en livret de poche pour qui veut et nous en fait la demande.

L’accord d'accompagnement à la mobilité

L’accord d'accompagnement à la mobilité

Depuis le 1er jan­vier 2022, un nou­vel accord d’entreprise est entré en vigueur chez Captrain France. Il concerne l’accompagnement à la mobi­li­té géo­gra­phique. Dans un monde fer­ro­viaire sou­mis à la concur­rence for­cée, et donc à la pré­ca­ri­té des contrats, la mobi­li­té toute France impo­sée est une consé­quence vouée à s’accroître, avec toutes les contraintes qu’elle implique sur la vie des salariéEs concernéEs. Cet accord apporte quelques garan­ties sociales pour faire face à ces situations.

Le droit aux congés payés annuels

Le droit aux congés payés annuels

L’Article L. 3141-1 du code du tra­vail pré­voit que « tout sala­rié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l'employeur ». Mais com­bien ? Quand ? Comment ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce droit aux congés payés annuels chez Captrain France.

Primes et indemnités chez Captrain France

Primes et indemnités chez Captrain France

Un doute sur le mon­tant qui figure sur le bul­le­tin de paie ? Pas le temps de reprendre dans le détail les accords d'entreprise ? Voici un tableau réca­pi­tu­la­tif, syn­thé­tique et très pra­tique, qui reprend les dif­fé­rents élé­ments variables de salaire (EVS) et frais pro­fes­sion­nels, pour nous per­mettre de véri­fier en un clin d’œil ce qu'on nous doit. 

Le droit d’accès au dossier professionnel

Le droit d’accès au dossier professionnel

A l'heure où le numé­rique devient l'outil domi­nant d'organisation de nos socié­tés, la pro­tec­tion des don­nées per­son­nelles devient un enjeu essen­tiel pour pré­ser­ver cer­taines de nos liber­tés fon­da­men­tales. Dans le monde du tra­vail, l'accès au dos­sier pro­fes­sion­nel fait par­tie de ses enjeux.

Vers la fin de l’intéressement ?

Vers la fin de l’intéressement ?

Actuellement se tiennent dans l'entreprise des négo­cia­tions entre la direc­tion et les orga­ni­sa­tions syn­di­cales concer­nant un nou­vel accord d'intéressement. Au-delà du fait que l'intéressement est par défi­ni­tion syno­nyme de salaire et de droits sociaux en moins, la direc­tion veut trans­for­mer radi­ca­le­ment les accords pré­cé­dents, de sorte que les éven­tuels inté­res­se­ments futurs seraient réduits à peau de cha­grin. Explications.

Le droit de pause

Le droit de pause

Certains droits sala­riaux sont impor­tants du fait de leur intri­ca­tion avec les ques­tions de sécu­ri­té, en par­ti­cu­lier dans le monde fer­ro­viaire. Et pour­tant ils ne sont habi­tuel­le­ment que trop peu sou­vent exer­cés, parce que mécon­nus. C'est le cas notam­ment du droit de pause. Voici ce qu'il faut savoir sur ce droit.

Pourquoi faut-il se syndiquer ?

Pourquoi faut-il se syndiquer ?

Un sen­ti­ment géné­ral d'aversion à l'égard des syn­di­cats hante la socié­té fran­çaise depuis la fin des années 1970. Cette déser­tion du ter­rain syn­di­cal s'accompagne indis­so­cia­ble­ment d'une dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail et de vie. Il y a urgence à renouer avec des syn­di­cats de trans­for­ma­tion sociale.

Chaque salarié.e a droit à 12 jours par an de congés de formation

Chaque salarié.e a droit à 12 jours par an de congés de formation

Pour se défendre au tra­vail, il faut être armé : connaître ses droits et les moyens mis à notre dis­po­si­tion par le code du tra­vail, les conven­tions col­lec­tives, les accords de branche et d'entreprise. La for­ma­tion est indis­pen­sable pour acqué­rir ces connaissances.

Aidez-nous !

Aidez-nous !

Pour que Voix-Libres vive nous avons besoin de votre participation. Que vous soyez adhérent à Sud-Rail VFLI ou non, vous êtes libres de participer au projet si cela vous tente.

Comme vous pouvez le constater, certaines rubriques du site sont encore vides ou peu fournies. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos idées.

 Si vous avez déjà un article sous la main à proposer,  vous pouvez l'envoyer au format pdf via la rubrique contact. Vous pouvez également nous envoyer des photos qui pourront être selectionnées pour la photo du mois.

 

SOUMETTRE UN ARTICLE

You have Successfully Subscribed!

Partagez !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !

Photo de Dylan Gillis sur Unsplash