Les CDL ont droit à une carte affaires et au remboursement des cartes de réduction SNCF
Sommaire

1. La carte affaires

2. Le rem­bour­se­ment des cartes de réduc­tion SNCF

Dans l’exercice de leur fonc­tion, les conducteurs/trices de ligne (CDL) de Captrain France sont contraints d’effectuer de nom­breux tra­jets pro­fes­sion­nels en trains de voyageurs.

Captrain, bien que filiale du Groupe SNCF, ne met pas à dis­po­si­tion de ses salariéEs le Pass Carmillon [1] , ce qui signi­fie que les CDL sont contraints d’acheter eux-mêmes leurs billets pour effec­tuer leurs mis­sions, et de com­pi­ler ces billets pour éta­blir régu­liè­re­ment des notes de frais com­por­tant les jus­ti­fi­ca­tifs papiers ori­gi­naux des frais pro­fes­sion­nels enga­gés afin d’en obte­nir le remboursement.

En géné­ral, les frais enga­gés accu­mu­lés repré­sentent très vite des sommes consi­dé­rables. Et le délai de rem­bour­se­ment après dépôt des jus­ti­fi­ca­tifs varie entre un mois et demi et deux mois. Souvent, des dys­fonc­tion­ne­ments du ser­vice comp­ta­bi­li­té pro­longent ce délai d’un mois sup­plé­men­taire. TouTEs les CDL ont connu des situa­tions finan­cières com­pli­quées dans leur vie pri­vée à cause des mon­tants éle­vés avan­cés de sa poche et de ces délais de rem­bour­se­ment par­ti­cu­liè­re­ment longs et variables. CertainEs ont vécu des situa­tions critiques…

Il est dif­fi­ci­le­ment accep­table que les salariéEs soient contraintEs d’avancer ce genre de frais pour aller tra­vailler, mais afin de limi­ter les risques, il existe dans l’entreprise deux mesures cumu­lables à des­ti­na­tion des CDL, très peu uti­li­sées parce que peu connues : la carte affaire et le rem­bour­se­ment des cartes de réduc­tion SNCF.

La carte affaires

La carte affaires per­met de ne qua­si­ment plus avan­cer de frais pro­fes­sion­nels. Billets de train, notes de res­tau­rants, nuits d'hôtels, four­ni­tures diverses, car­bu­rant, etc. : toutes les dépenses pro­fes­sion­nelles se règlent au moyen d’une carte dont le fonc­tion­ne­ment est simi­laire à celui d'une carte de cré­dit clas­sique, à la dif­fé­rence que ces dépenses sont débi­tées en dif­fé­ré sur le compte ban­caire du ou de la salariéE détenteur/trice, soit seule­ment deux mois plus tard.

Exemple : j'effectue mes dépenses en jan­vier, je déclare sur Notilus ma note de frais au plus tard au début du mois de février, et four­nis les jus­ti­fi­ca­tifs papiers le plus rapi­de­ment pos­sible dans la fou­lée : la somme totale dépen­sée en jan­vier sera pré­le­vée sur mon compte le 19 mars.

Ce fonc­tion­ne­ment ne dis­pense donc pas le ou la CDL détenteur/trice d’une carte affaires de four­nir chaque mois les fac­tures et jus­ti­fi­ca­tifs papiers de ses dépenses pro­fes­sion­nelles enga­gées, qui seront contrô­lées par le ser­vice comp­table et pour­ront faire l’objet de demandes de rem­bour­se­ment (et éven­tuel­le­ment de sanc­tions) si elles sont jugées abu­sives ou frau­du­leuses [2]. Mais l’intérêt pour le ou la CDL réside dans le fait qu’il ou elle per­çoit le rem­bour­se­ment de ses frais soit avant même qu'ils soient débi­tés, ou soit quelques jours seule­ment après, selon le délai de trai­te­ment qui cor­res­pond à peu près à ce délai de pré­lè­ve­ment (plus vite les jus­ti­fi­ca­tifs papiers sont four­nis, plus vite le rem­bour­se­ment est effec­tué). Il ou elle n’est donc qua­si­ment plus contraintE d’avancer les frais : son bud­get pri­vé n’est plus affecté.

Pour béné­fi­cier d’une carte affaires, il suf­fit d’en faire la demande auprès de son supé­rieur hié­rar­chique. Les salariéEs autres que CDL peuvent en faire la demande à leur supé­rieur hié­rar­chique si la nature de leurs mis­sions s'y prête : une accep­ta­tion au cas par cas est possible.

Le rem­bour­se­ment des cartes de réduc­tion SNCF

L’entreprise effec­tue éga­le­ment le rem­bour­se­ment des cartes de réduc­tion pro­po­sées par la SNCF : carte de réduc­tion pour les jeunes (jusqu’à 27 ans) ou pour celles et ceux qui voyagent fré­quem­ment (actuel­le­ment la « Carte Liberté »).

Ces cartes per­mettent de réduire consi­dé­ra­ble­ment le coût des billets de trains. Elles sont renou­ve­lables chaque année. L’intérêt pour les CDL est de réduire le mon­tant accu­mu­lé de ses frais pro­fes­sion­nels avan­cés, et donc de réduire l’impact sur son bud­get privé.

Si la dépense à l’achat est rela­ti­ve­ment éle­vée (jusqu’à 400 euros) [3], les effets escomp­tés sont réels : les notes de frais sui­vantes s’en voient consi­dé­ra­ble­ment diminuées.

Pour béné­fi­cier d’une carte de réduc­tion SNCF, il suf­fit de deman­der une auto­ri­sa­tion préa­lable à son supé­rieur hié­rar­chique, puis d’en ache­ter une soi-même chez SNCF, de conser­ver le jus­ti­fi­ca­tif et de l’inclure, comme d’habitude, dans sa pro­chaine note de frais : l’entreprise pro­cède au rem­bour­se­ment inté­gral dans les mêmes condi­tions que pour le trai­te­ment d’une note de frais classique.

[1] Grâce au Pass Carmillon, les employéEs de la SNCF peuvent voya­ger gratuitement par­tout en France. Leurs familles béné­fi­cient de 16 tra­jets gra­tuits par an et ne payent que 10 % du prix du tra­jet une fois le quo­ta atteint. Les retraitéEs conservent ce droit.

[2] Les jus­ti­fi­ca­tifs papiers ori­gi­naux sont impo­sés par l'URSSAF. Une étude est actuel­le­ment en cours chez Captrain France pour la mise en place d'un dis­po­si­tif déma­té­ria­li­sé des notes de frais qui réponde aux exi­gences de l'URSSAF.

[3] Pour évi­ter d'avancer ces frais, comme pour toutE salariéE de l'entreprise, une demande d'avance de 400€ maxi­mum peut être faite auprès de son supé­rieur hié­rar­chique. Attention : une demande d'avance ne peut être effec­tuée seule­ment, et seule­ment si, une éven­tuelle demande d'avance pré­cé­dente a été inté­gra­le­ment rem­bour­sée par le ou la salariéE.

A lire dans la même catégorie

Le mot « collaborateur » n'existe pas dans le code du travail

Le mot « collaborateur » n'existe pas dans le code du travail

Les mots ont du sens. Et parce qu'en géné­ral ils pro­duisent des effets, ils ne sont presque jamais ano­dins. Ils façonnent les esprits, orientent les com­por­te­ments : à ce titre, ils font l'objet d'une bataille per­ma­nente pour l'hégémonie cultu­relle. Focus sur le terme "col­la­bo­ra­teur".

Aidez-nous !

Aidez-nous !

Pour que Voix-Libres vive nous avons besoin de votre participation. Que vous soyez adhérent à Sud-Rail VFLI ou non, vous êtes libres de participer au projet si cela vous tente.

Comme vous pouvez le constater, certaines rubriques du site sont encore vides ou peu fournies. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos idées.

 Si vous avez déjà un article sous la main à proposer,  vous pouvez l'envoyer au format pdf via la rubrique contact. Vous pouvez également nous envoyer des photos qui pourront être selectionnées pour la photo du mois.

 

SOUMETTRE UN ARTICLE

You have Successfully Subscribed!

Partagez !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !

Photo de Dylan Gillis sur Unsplash