Tout va bien au foyer ORFEA de Valenton…
25 mai 2020
Sommaire

1. Les annonces de la direction

2. Témoignage

Témoignage sur les condi­tions de tra­vail lors des repos hors rési­dence (RHR), au foyer ORFEA de Valenton, pen­dant l’état d’urgence sanitaire.

Les annonces de la direction

Le 21 mars, en pleine pan­dé­mie de Coronavirus, M. Ribat, Président de VFLI, adres­sait un cour­rier à l’ensemble des salariéEs de l’entreprise, dans lequel il annon­çait un ensemble de mesures prises par la direc­tion. Concernant les RHR en éta­blis­se­ment ORFEA, il écrivait :

« Lors d’une télé­con­fé­rence avec la direc­tion d’ORFEA j’ai pu per­son­nel­le­ment m’assurer que celle-ci est très atten­tive à appli­quer les consignes strictes sani­taires et d’hygiène dans ses établissements.

Les chambres sont net­toyées avec des pro­duits dés­in­fec­tants après chaque départ selon un pro­cess rigou­reux. Si une sus­pi­cion de conta­mi­na­tion existe, le prin­cipe de pré­cau­tion est appli­qué. La chambre est blo­quée durant 6 jours avant d’être net­toyée selon un pro­to­cole spé­ci­fique de dés­in­fec­tion avec des pro­duits virucides.

La dés­in­fec­tion des points de contacts (poi­gnée de porte, inter­rup­teur, télé­phone, bou­tons ascen­seur, etc.) a éga­le­ment été ren­for­cée en uti­li­sant les pro­duits désinfectants.

Les espaces com­muns et les salles « fit­ness » ont été fer­més en début de semaine. Compte-tenu du non-respect par cer­tains des uti­li­sa­teurs des gestes bar­rières, les locaux de cou­pure en rési­dence, les cui­sines, les espaces TV et les espaces de res­tau­ra­tion sont fer­més depuis le 18 mars. En consé­quence, les micro-ondes ne sont plus accessibles. »

Nous avons aujourd’hui de quoi dou­ter de l’attention par­ti­cu­lière à appli­quer des consignes strictes sani­taires et d’hygiène dans les éta­blis­se­ments ORFEA. Voici le témoi­gnage d’un conduc­teur de VFLI qui s’est retrou­vé en RHR ce jeu­di 21 mai dans une chambre du foyer de Valenton, alors que le risque de mala­die du Covid-19 est loin d’être sup­pri­mé et que la menace d’une « deuxième vague » de conta­mi­na­tion mas­sive est à prendre au sérieux.

 

Témoignage

Je viens vers vous pour vous faire part d’un retour d’expérience concer­nant le foyer ORFEA de Valenton.

Pour com­men­cer, je tiens à dire que beau­coup d’agents ne res­tent pas sur place, contrai­re­ment à ce qu’on nous dit : beau­coup ont la chance de pou­voir ren­trer chez eux en voi­ture de ser­vice, afin de ne pas décou­cher dans cet ORFEA. Il s’agit appa­rem­ment de petits accords offi­cieux avec leurs chefs… Bref. Nous, on ne demande pas un accord offi­cieux, mais sim­ple­ment que les mesures pré­cé­dem­ment mises en place soit main­te­nues, à savoir que des véhi­cules de ser­vice soient lais­sés à notre dis­po­si­tion, et que chaque conduc­teur soit trai­té dans les mêmes bonnes conditions !

A mon arri­vée à l’ORFEA, je res­sens une grosse appré­hen­sion après le retour qu’un col­lègue a pu faire la veille, mer­cre­di. Ses pho­tos des portes cri­blées de traces de doigts, les mini rations petit déjeu­ner, le fait de man­ger là où on dort, de dor­mir là où on mange...

En arri­vant dans la chambre, je me suis per­mis un petit tour de véri­fi­ca­tion concer­nant l’hygiène de celle-ci. J’ai sui­vi la pro­cé­dure qui nous avait été envoyée pré­cé­dem­ment par notre chef de site, qui concerne le pro­ces­sus de net­toyage des chambres mise en place par ORFEA. J’ai clai­re­ment trou­vé des manquements.

Il y avait des traces sur les portes :

 

Surtout entre la clenche et la porte :

 

Une espèce de truc séché pas très ragoûtant…

 

J’ai remar­qué éga­le­ment pas mal de taches sur la table qui est dans ma chambre, sur laquelle je suis cen­sé man­ger, entre autres, un genre de sauce jaune séchée, ain­si qu’un superbe reste de mous­tique écla­té, miamm…

Concernant les toi­lettes, comme sou­vent j’y retrouve les traces habi­tuelles d’urine séchée sur le haut de celles-ci, ain­si qu’un magni­fique tas de pous­sière sur le bas. Pourtant, d’après leurs pro­cé­dures, elles doivent être net­toyées et dés­in­fec­tées. Les toi­lettes me semblent être la base… On m’a tou­jours dit : si tu veux savoir si quelqu’un est propre, emprunte ses toi­lettes, tu auras la réponse. Beh là, je l’ai eu ma réponse… 

Après avoir pas­sé un coup de lin­gettes sur ma table de chambre (les traces ont dis­pa­ru très faci­le­ment d’ailleurs…), je me rends à l’accueil afin de deman­der une assiette, pour ne pas man­ger direc­te­ment dans la conserve… On me donne une assiette, et on me conseille de la net­toyer à l’eau chaude, avec du pro­duit vais­selle pour être sûr de sa net­te­té… Je vous laisse admi­rer l’état de la lavette, seule chose dis­po­nible pour net­toyer quelque chose dans cet évier, ain­si que l’état du fond de l’évier… J’ai déci­dé de la net­toyer dans ma chambre, avec des essuie-tout et de l’eau chaude…

 

Heureusement, la machine à café est dis­po­nible : je vous laisse juger de son état…

 

Au pas­sage, j’en ai pro­fi­té pour aller voir si les traces de doigts de la pho­to du col­lègue avaient été net­toyées. Bien sûr, elles y sont toujours…

Cela peut paraître un poil maniaque, mais vue la situa­tion actuelle que nous vivons avec le Covid-19, c’est légi­time de ne vou­loir prendre aucun risque. Sachant que le foyer ORFEA est un lieu de pas­sage extrê­me­ment fré­quen­té, mieux vaut être très pru­dent, et prendre toutes les mesures néces­saires afin de ne pas se mettre en danger.

 

GALERIE

A lire dans la même catégorie

Une affaire de badges : tout ça pour ça…

Une affaire de badges : tout ça pour ça…

Dans la « région » Sud-Est de l’entreprise, les salariéEs ont mis une année (sic) pour obte­nir des badges. Afin que chacunE puisse consta­ter com­ment la direc­tion Sud-Est les a fait « tour­ner en bour­rique », voi­ci l’intégralité des ques­tions écrites posées par les RP SUD-Rail, et les réponses écrites appor­tées par la direc­tion. La patience, la déter­mi­na­tion et la per­sé­vé­rance auront fina­le­ment eu gain de cause.

Engins moteurs : Arrêtez le massacre !

Engins moteurs : Arrêtez le massacre !

Les ano­ma­lies, pannes, absences d’engins moteurs (EM) n’en finissent plus dans l’entreprise. Ces der­niers temps, les condi­tions de tra­vail se sont consi­dé­ra­ble­ment dégra­dées du fait du mau­vais état des EM et de la mau­vaise ges­tion du parc loco­mo­tives. Voici le plan d’action de la direc­tion : chacunE pour­ra juger les résultats.

SOUTIEN A ALEXANDRE !

SOUTIEN A ALEXANDRE !

Au mois d’octobre, Alexandre, chef de site adjoint pro­duc­tion sur le site de Lyon com­bi­né, a été mis en arrêt de tra­vail pen­dant un mois, suite à un burn-out… Des conduc­teurs dont il a la charge réagissent et affichent par ces mots leur solidarité.

Rendez-nous nos retraites !

Rendez-nous nos retraites !

Le gou­ver­ne­ment de Macron cherche actuel­le­ment à faire pas­ser un pro­jet de réforme du sys­tème des retraites. Qu'est-ce que cette réforme chan­ge­rait à nos condi­tions de tra­vail et de retraite ? Pourquoi faut-il abso­lu­ment s'y oppo­ser ? Explications.

Aidez-nous !

Aidez-nous !

Pour que Voix-Libres vive nous avons besoin de votre participation. Que vous soyez adhérent à Sud-Rail VFLI ou non, vous êtes libres de participer au projet si cela vous tente.

Comme vous pouvez le constater, certaines rubriques du site sont encore vides ou peu fournies. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos idées.

 Si vous avez déjà un article sous la main à proposer,  vous pouvez l'envoyer au format pdf via la rubrique contact. Vous pouvez également nous envoyer des photos qui pourront être selectionnées pour la photo du mois.

 

SOUMETTRE UN ARTICLE

You have Successfully Subscribed!

Partagez !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !

Photo de Dylan Gillis sur Unsplash