1 décembre 2019
Rendez-nous nos retraites !
1 décembre 2019

Sommaire

1. Le sys­tème des retraites actuel
2. Une régres­sion sociale inédite
3. Le mou­ve­ment social prend forme

Le gou­ver­ne­ment de Macron cherche actuel­le­ment à faire pas­ser un pro­jet de réforme du sys­tème des retraites. Qu'est-ce que cette réforme chan­ge­rait à nos condi­tions de tra­vail et de retraite ? Pourquoi faut-il abso­lu­ment s'y oppo­ser ? Explications.

Le 18 juillet 2019, Jean-Paul Delevoye, deve­nu Haut-Commissaire à la réforme des retraites et membre du gou­ver­ne­ment, a remis au Premier ministre son rap­port « pour un sys­tème uni­ver­sel de retraite ». Les objec­tifs annon­cés : sim­pli­fier le sys­tème des retraites actuel, le rendre plus lisible, avec plus de liber­té et d'égalité. En réa­li­té, il s'agit d'une attaque sans pré­cé­dent au prin­cipe de répar­ti­tion et de soli­da­ri­té – qui carac­té­rise (encore un peu) le régime actuel de sécu­ri­té sociale –, et qui vise à nous faire tra­vailler plus long­temps pour tou­cher moins de pen­sions de retraite.

Après des mois de « concer­ta­tions » avec des direc­tions syn­di­cales repré­sen­ta­tives irré­so­lues [1]La fédé­ra­tion SUD-Rail a fait savoir dans un com­mu­ni­qué qu'elle ne se ren­drait pas au minis­tère « pour se faire expli­quer ou pour négo­cier les délais de mise en appli­ca­tion du sys­tème uni­ver­sel de retraites à points ». Quand on com­bat un pro­jet néfaste, on ne va pas le négo­cier. , ce pro­jet soit disant ouvert à la dis­cus­sion est res­té le même. Le gou­ver­ne­ment tient à le faire pas­ser. Officiellement, pour faire des éco­no­mies ; mais il s'agit en fait d'une attaque idéo­lo­gique, ayant pour seul motif d'asseoir davan­tage les pri­vi­lèges des classes diri­geantes au détri­ment des tra­vailleuses et tra­vailleurs, car le pré­ten­du défi­cit du sys­tème des retraites d'ici 2025 est construit de toutes pièces. Rien n'oblige éco­no­mi­que­ment le gou­ver­ne­ment à faire cette réforme. Pourtant, ce qu'il s'apprête à faire est tra­gi­que­ment historique.

 

Le système des retraites actuel

Jusqu'à pré­sent, pour les salariéEs du sec­teur pri­vé coti­sant au régime géné­ral, tels que nous, la pen­sion de retraite de la Sécurité sociale se cal­cule sur 50% de la moyenne sala­riale brute des 25 meilleures années de car­rière lorsqu'on part au taux plein, ou avec une décote de 1,25% par tri­mestre man­quant lorsqu'on ne rem­plit pas les condi­tions d'accès au taux plein et que l'on part dès l'âge légal mini­mal de départ à la retraite fixé à 62 ans.

%

de la moyenne salariale brute

meilleures années

%

de decote par trimestre manquant

âge minimal de départ

Pour avoir droit au taux plein, il faut rem­plir une condi­tion d'âge ou de durée d'assurance retraite (expri­mée en tri­mestres) qui varie selon notre année de nais­sance. Pour celles et ceux néEs en 1973 ou après, on béné­fi­cie d'une retraite à taux plein dès lors que l'on jus­ti­fie d'une durée d'assurance retraite d'au moins 172 tri­mestres (soit 43 ans de coti­sa­tions)[2]Le nombre de tri­mestres d'assurance (coti­sés et assi­mi­lés) est limi­té à 4 par année civile, sauf si l'on peut béné­fi­cier d'une majo­ra­tion de durée d'assurance.. Cette durée d'assurance est déter­mi­née en pre­nant en compte tous les régimes de retraite obli­ga­toires aux­quels on a coti­sé dans sa vie (régime géné­ral sala­rié, indé­pen­dant, libé­ral, agri­cole, fonc­tion publique, etc.). Tant que les 172 tri­mestres ne sont pas atteints, on peut béné­fi­cier auto­ma­ti­que­ment d'une retraite à taux plein dès lors qu'on a atteint l'âge de 67 ans, ou l'âge de 65 ans si l'on s'est occu­pé d'unE proche handicapéE, ou l'âge de 62 ans si l'on est recon­nu handicapéE ou mère ouvrière d'au moins trois enfants, ou avant l'âge de 62 ans si on rem­plit les condi­tions per­met­tant de par­tir à la retraite anti­ci­pée : car­rière longue, han­di­cap ou péni­bi­li­té du tra­vail [3].

Il y a une majo­ra­tion d'assurance pour enfant (majo­ra­tion mater­ni­té, majo­ra­tion d'adoption, majo­ra­tion d'éducation). Pour tout enfant né ou adop­té avant 2010, les majo­ra­tions sont auto­ma­ti­que­ment attri­buées à la mère : il s'agit d'une majo­ra­tion de 4 tri­mestres pour chaque enfant né ou adop­té et d'une majo­ra­tion de 4 tri­mestres sup­plé­men­taires en contre­par­tie de l'éducation de l'enfant pen­dant les 4 années sui­vant sa nais­sance ou son adop­tion. Soient 8 tri­mestres par enfant ayant atteint l'âge de 4 ans. Pour tout enfant né ou adop­té en 2010 ou après, les parents peuvent se répar­tir les 4 tri­mestres de majo­ra­tion d'adoption ain­si que les 4 tri­mestres sup­plé­men­taires de la majo­ra­tion d'éducation[4]. A noter qu'il existe aus­si une majo­ra­tion d'assurance pour congé paren­tal. Cette majo­ra­tion ne s'applique que pour chaque congé paren­tal à temps plein (et non par­tiel), équi­vaut à la durée effec­tive du congé paren­tal (un tri­mestre est vali­dé à la fin de chaque période de 90 jours) et ne se cumule pas avec la majo­ra­tion pour enfant (on béné­fi­cie de la majo­ra­tion pour congé paren­tal seule­ment si, après cal­cul, celle-ci est plus favo­rable que les droits à majo­ra­tion pour enfant).

Pour cal­cu­ler le mon­tant de sa pen­sion de retraite, il suf­fit donc de déter­mi­ner le salaire annuel moyen (c'est-à-dire la moyenne des salaires bruts ayant don­né lieu à coti­sa­tion au régime géné­ral durant les 25 années les plus avan­ta­geuses de notre car­rière), mul­ti­plié par le taux de la pen­sion (50% au taux plein si les condi­tions sont réunies, taux mino­ré de 1,25% par tri­mestre man­quant si décote, ou taux majo­ré si sur­cote). On y sous­trait ensuite, sauf exo­né­ra­tion, les coti­sa­tions et contri­bu­tions sociales telles que la Contribution Sociale Généralisée (CSG), la Contribution au Remboursement de la Dette Sociale (CRDS) et la Contribution addi­tion­nelle de soli­da­ri­té pour l'autonomie (Casa). Ce régime géné­ral est dit à « pres­ta­tions défi­nies », car de manière lisible, on peut cal­cu­ler sa retraite à l'avance avec les para­mètres décrits ci-dessus.

A cette pen­sion du régime géné­ral s'ajoute celle de la retraite dite com­plé­men­taire (Agirc-Arrco), qui est un régime par points. Celle-ci repré­sente envi­ron 13 de la pen­sion de retraite totale. Les coti­sa­tions ver­sées pour la retraite com­plé­men­taire sont conver­ties en points de retraite. Ces points se cumulent sur un compte ouvert à notre nom au début de notre car­rière[5]. Au moment de prendre notre retraite, tous nos points sont addi­tion­nés et le total est mul­ti­plié par la valeur du point à la date de notre départ. Cette valeur varie chaque année.

L'état du sys­tème actuel de retraites s'est consi­dé­ra­ble­ment dégra­dé sous les coups des dif­fé­rentes réformes menées par tous les gou­ver­ne­ments depuis une qua­ran­taine d'années sous la pres­sion patro­nale. Mais le socle ori­gi­nel issu de 1945, basé sur la répar­ti­tion et la soli­da­ri­té inter-générationnelle (les salariéEs qui cotisent à l'instant t financent les retraitéEs à l'instant t), qui per­met de garan­tir le droit à la retraite décente pour touTEs, était à peu près sau­ve­gar­dé jusque là. Ce qui est défen­du aujourd'hui par Delevoye et Macron met en péril ces fon­de­ments et ouvre une brèche vers un sys­tème par capi­ta­li­sa­tion où chacunE devra capi­ta­li­ser tout au long de sa vie pour auto-financer sa future retraite, peu importe que notre situa­tion, les aléas de la vie, nous le per­mettent ou non.

 

Une régression sociale inédite

Pour faire encore bais­ser les « dépenses » consa­crées aux retraites, à un rythme plus sou­te­nu que celui des der­nières années, le gou­ver­ne­ment de Macron veut mettre en place un sys­tème uni­ver­sel de retraites par points. Autrement dit, il veut en quelque sorte géné­ra­li­ser à l'ensemble de la popu­la­tion le régime de l'Agirc-Arrco qui ne concerne jusqu'à pré­sent que la retraite com­plé­men­taire des salariéEs du sec­teur pri­vé. Qu'est-ce qu'un régime par points exac­te­ment ? D'après le Conseil d'Orientation des Retraites (COR) :

 « Dans les régimes en points, l'assuré acquiert chaque année des points qui vont se cumu­ler durant toute sa car­rière. La contre­par­tie moné­taire de ses points n'est connue qu'à la date de sa liqui­da­tion, en fonc­tion de la valeur de ser­vice du point à cette date. Comme la masse des pen­sions est égale au pro­duit du nombre de points de tous les retrai­tés par la valeur de ser­vice du point, cette der­nière peut être ajus­tée année après année de façon à res­pec­ter l'équilibre du régime ».

Tout est dit...

D'un régime lisible et pré­vi­sible où l'on peut savoir à l'avance com­bien on tou­che­ra à la retraite, on pas­se­rait à un régime « sur­prise » et aléa­toire où le niveau de la pen­sion n'est connu qu'à la date de liqui­da­tion, c'est-à-dire au moment du départ en retraite, avec pour seule cer­ti­tude la baisse plus ou moins mar­quée de la pen­sion d'une année à l'autre, selon l'année de départ. Cette régres­sion est bien le fond de l'affaire, recon­nue par Fillon lui-même devant un par­terre de patrons lors d'un mee­ting du MEDEF [6] : « le sys­tème par points, en réa­li­té, ça per­met une chose qu'aucun homme poli­tique n'avoue, ça per­met de bais­ser chaque année la valeur des points, et donc de dimi­nuer le niveau des pen­sions ».

Nous pou­vons déjà pré­dire cette dimi­nu­tion du niveau des pen­sions en obser­vant ce qu'a per­mis la mise en place du régime par points pour la retraite com­plé­men­taire des salariéEs du pri­vé (Agirc-Arrco).

D'abord, contrai­re­ment aux régimes en annui­tés (ou tri­mestres), toute la car­rière est prise en compte – et non pas seule­ment les 25 meilleures années –, y com­pris avec ses « bas » géné­ra­le­ment propres aux débuts de vie pro­fes­sion­nelle. Le salaire annuel moyen de réfé­rence est donc néces­sai­re­ment diminué.

Ensuite, il existe toute une série de tech­niques qui per­mettent de faire varier la valeur du point, élé­ment cen­tral du cal­cul de la retraite. Les ges­tion­naires du régime Agirc-Arrco ont par exemple inven­té ce qu'on appelle un « taux d'appel ». Celui-ci per­met d'augmenter les coti­sa­tions sala­riales, pour aug­men­ter immé­dia­te­ment les res­sources du régime, sans qu'il y ait droit en contre­par­tie à des points sup­plé­men­taires. Initialement de 100%, il est pas­sé de 125% à 127%. En clair, pour 127 euros coti­sés, il n'y a que 100 euros qui ouvrent droit à des points : « les mon­tants ver­sés au titre du taux d’appel ne sont pas géné­ra­teurs de droits », dixit l'accord de 2015. Nous nous fai­sons lit­té­ra­le­ment voler.

Comme la valeur d'achat du point est fixée chaque année, sa valeur pou­vant être reva­lo­ri­sée ou non en fonc­tion des res­sources et des dépenses du régime, les ges­tion­naires du régime peuvent arbi­trai­re­ment jouer sur la valeur des points. Ainsi, pour 2017, la valeur d'achat a été reva­lo­ri­sée de 3,4% ; mais pour 2018, seule­ment de 3,3%... Pour les salariéEs à salaire constant, le nombre de points baisse. Nous nous fai­sons lit­té­ra­le­ment voler.

Autre exemple : la créa­tion depuis 2019 d'un « malus ». Bien que dis­po­sant de tous nos tri­mestres et donc béné­fi­ciant du taux plein dans le régime géné­ral de base, ce prin­cipe crée un malus de 10% sur la pen­sion com­plé­men­taire Agirc-Arrco si nous déci­dons de par­tir dès que nous y avons droit, et ce pour une durée de 3 ans ou jusqu'à 67 ans maxi­mum. Le but est de nous obli­ger à tra­vailler plus long­temps (pos­si­ble­ment jusqu'à 67 ans !) pour tou­cher l'intégralité de notre retraite com­plé­men­taire. Encore une fois, nous nous fai­sons lit­té­ra­le­ment voler.

L'objectif des régimes de retraites par points est de décon­nec­ter le niveau des retraites futures de l'évolution de la richesse, pour ne pas avoir à poser la ques­tion poli­tique de la répar­ti­tion des richesses qui, si l'idée de jus­tice l'emportait dans l'opinion publique, contrain­drait la part du Capital à finan­cer davan­tage le sys­tème des retraites. Or c'est la part du Travail qui ne cesse de pâtir depuis des années. Entre 1990 et 2009, le taux de rem­pla­ce­ment – c'est-à-dire le rap­port entre la pen­sion de retraite per­çue et le der­nier salaire – des régimes Agirc-Arrco a chu­té de plus de 30%.

Avec le sys­tème uni­ver­sel de retraites par points, le gou­ver­ne­ment Macron veut d'une part bais­ser le mon­tant des pen­sions, et d'autre part impo­ser aux salariéEs de tra­vailler plus long­temps. Si l'idée d'universalité qui met fin aux régimes spé­ciaux n'est pas mau­vaise en soi si tant est que des dis­po­si­tifs pré­servent la spé­ci­fi­ci­té de cer­tains sec­teurs sou­mis à des condi­tions de tra­vail plus dif­fi­ciles, elle sert pour le coup le gou­ver­ne­ment à tirer l'ensemble des pen­sions vers le bas au lieu d'universaliser vers le haut. Par exemple, pour le cal­cul de la pen­sion, toute la car­rière serait désor­mais prise en compte, alors que pour les fonc­tion­naires jusqu'à pré­sent, seuls les 6 der­niers mois (les meilleurs) sont pris en compte. Universaliser vers la condi­tion des fonc­tion­naires serait un véri­table pro­grès social.

Pour bais­ser le mon­tant des pen­sions, rien de tel que le dis­po­si­tif d'ajustement annuel de la valeur du point au départ en retraite. D'un sys­tème à « pres­ta­tions défi­nies », dans lequel en contre­par­tie d'un nombre d'années tra­vaillées nous connais­sons à l'avance le taux de rem­pla­ce­ment, on passe à un sys­tème à « coti­sa­tions défi­nies » dans lequel les tri­mestres dis­pa­raissent, le taux de rem­pla­ce­ment dis­pa­raît, pour lais­ser place à des méca­nismes auto­ma­tiques contrô­lés par les ges­tion­naires qui déci­de­ront chaque année de la valeur du point et donc du mon­tant de notre pen­sion, en fonc­tion d'une part pré­dé­ter­mi­née du Produit Intérieur Brut (PIB) réser­vée aux retraites. Au lieu d'une socié­té démo­cra­tique où l'on débat chaque année du niveau des coti­sa­tions et de la répar­ti­tion des richesses, ce qui est vou­lu par le gou­ver­ne­ment auto­ma­tise un méca­nisme éco­no­mique défa­vo­rable en l'éloignant du débat poli­tique et de celles et ceux qui pro­duisent ces richesses (les tra­vailleuses et travailleurs).

Le gou­ver­ne­ment Macron, sous pres­sion du MEDEF, veut en effet fixer dans la loi à 14% la part du PIB réser­vée aux retraites, ce qui cor­res­pond à peu près à la part actuelle ; alors qu'il y a une évo­lu­tion démo­gra­phique... Dans la période des départs en retraite des enfants du « baby-boom » qui dure­ra jusqu'en 2035, par exemple, de plus en plus de retraitéEs se par­ta­ge­raient la même part du PIB consa­crée aux pen­sions : méca­ni­que­ment, chaque pen­sion indi­vi­duelle s'ajusterait à la baisse rela­tive. Quand de plus en plus de per­sonnes se par­tagent un même gâteau qu'on ne veut pas faire gros­sir, a for­tio­ri la part de chacunE dimi­nue !

Pour résoudre l'équation démo­gra­phique du sys­tème des retraites, tous les gou­ver­ne­ments néo­li­bé­raux du monde et tous les patro­nats avancent tou­jours deux pos­si­bi­li­tés : pour main­te­nir l'équilibre bud­gé­taire, il faut soit allon­ger la durée de coti­sa­tions (tra­vailler plus long­temps), soit repor­ter l'âge légal de départ à la retraite (tra­vailler plus long­temps). Jamais une troi­sième pos­si­bi­li­té n'est évo­quée : celle qui implique de tou­cher à la répar­ti­tion des richesses, de reve­nir par exemple à une répar­ti­tion du par­tage entre Capital et Travail comme celle d'il y a 40 ans qui était plus favo­rable aux tra­vailleuses et tra­vailleurs. La volon­té du patro­nat est de ne pas mettre un euro de plus dans les caisses de retraite ; alors que pour finan­cer les retraites, le taux de la coti­sa­tion patro­nale pour­rait être aug­men­té. Le patro­nat, les action­naires, ont bien les moyens d'augmenter les coti­sa­tions, de faire gros­sir le gâteau. Mais ce sont tou­jours nos res­sources qui sont tou­chées, pas les pro­fits du CAC40, ni les pro­fits finan­ciers, ni les dividendes...

Cet entê­te­ment à vou­loir allon­ger la période tra­vaillée repose sur l'idée muti­lée selon laquelle l'espérance de vie aug­mente en France : si nous vivons plus long­temps, nous devrions donc tra­vailler plus long­temps. Or si, en moyenne, l'espérance de vie aug­mente, elle n'augmente pas de la même manière pour tout le monde : beau­coup moins chez les ouvrierEs que chez les cadres. Et cet écart est encore plus grand pour ce qui concerne l'espérance de vie en bonne san­té : jusqu'à 10 ans d'écart ! Les cadres béné­fi­cient de retraites beau­coup plus éle­vées, beau­coup plus longues et peuvent en pro­fi­ter beau­coup plus long­temps en bonne san­té. D'après Eurostat, l'espé­rance de vie en bonne san­té s'établit en moyenne à 64,1 ans pour les femmes et à 62,7 ans pour les hommes. L'espérance de vie sans pro­blème phy­sique est en moyenne de 59 ans pour les hommes ouvriers. C'est pour­quoi, dans les faits et d'après l'INSEE, l'âge moyen de ces­sa­tion de toute acti­vi­té est de 60 ans : du fait de la fatigue, de la mala­die, les tra­vailleurs pré­fèrent finir leur car­rière au chô­mage et par­tir plus tôt avec une retraite de misère plu­tôt que de s'acharner à tra­vailler en mau­vaise san­té. Ce sont les cadres qui pro­fitent le plus du sys­tème de retraites, et pour comble, la réforme pré­voit de les exo­né­rer de coti­sa­tions lorsque leurs salaires dépassent les 10 000 euros par mois !

Avec la mise en place du sys­tème uni­ver­sel de retraites par points vou­lue par Macron, un « âge pivot » serait fixé à 64 ans. Seraient péna­li­sés d'une décote celles et ceux qui feront le choix de par­tir à l'âge légal de 62 ans. Et cet âge de 64 ans serait encore rele­vé régu­liè­re­ment à rai­son de 23 de l'espérance de vie offi­cielle – qui ne fait aucune dif­fé­rence entre les cadres et les ouvrierEs, et qui ne tient pas compte de l'espérance de vie en bonne san­té. Ce que veut Macron, c'est pous­ser les tra­vailleuses et tra­vailleurs à finir leur car­rière puis pas­ser toute leur retraite en mau­vaise san­té ; ou à par­tir en retraite quand nous sommes encore en bonne san­té, mais avec très peu de points et donc une pen­sion de misère... Et il se gar­ga­rise de nous lais­ser le choix !

D'un régime col­lec­tif fon­dé sur la soli­da­ri­té inter-générationnelle et sur des restes de jus­tice éga­li­taire, on pas­se­rait à un régime indi­vi­dua­li­sé, avec toutes les inéga­li­tés que cela implique. Car nous ne par­tons pas à éga­li­té dans cette socié­té. Il y a déjà aujourd'hui une ampli­fi­ca­tion des écarts au moment de la retraite par rap­port à ceux qui existent au tra­vail pour les salaires.

Et les femmes sont par­ti­cu­liè­re­ment concer­nées par ces inéga­li­tés. Dans l'économie actuelle, les femmes ne sont pas les égales des hommes : les salaires et retraites en sont la preuve. En 2014, le salaire des femmes était de 74,3% du salaire des hommes pour le régime géné­ral. En 2016, les nou­velles retrai­tées per­ce­vaient une retraite égale à 69% de celle des hommes ; alors que de très nom­breuses femmes tra­vaillent au-delà de 62 ans : 21% d'entre elles tra­vaillent jusqu'à 67 ans contre 8% des hommes. Les régimes par points, tel que celui vou­lu par la réforme Delevoye-Macron, ampli­fient encore les écarts sala­riaux pour les retraites. Encore une fois, la preuve est appor­tée par les com­plé­men­taires Agirc-Arrco, où les pen­sions des femmes cadres ne repré­sentent que 61% de celles des hommes et 41% pour les employées et ouvrières, alors que cet écart injuste est de 75% pour l'ensemble des régimes géné­raux en incluant les mesures de soli­da­ri­té et la pen­sion de réver­sion[7] – qui pro­fite à 4,4 mil­lions de per­sonnes dont 90% sont des femmes.

Dans le sys­tème de retraites actuel, des dis­po­si­tifs de soli­da­ri­té existent encore : prise en compte des congés mater­ni­té et pater­ni­té, des périodes de mala­die et de chô­mage indem­ni­sé, pen­sions de réver­sion, etc. Des dis­po­si­tifs qui contri­buent à cor­ri­ger un peu les inéga­li­tés dont sont vic­times les femmes, mais aus­si les jeunes ou les per­sonnes pré­ca­ri­sées. Avec la réforme Macron, des points seraient attri­bués seule­ment pour les périodes non tra­vaillées indem­ni­sées (pas pour le chô­mage non indem­ni­sé par exemple) ; ou une majo­ra­tion des points de seule­ment 5% par enfant pro­fi­te­rait à l'un des parents (en géné­ral l'homme puisqu'il gagne plus). Et le finan­ce­ment de ces maigres dis­po­si­tifs serait sépa­ré du bud­get du sys­tème des retraites par points, les ren­dant tri­bu­taires soit du bud­get de l'État, soit de l'équilibre des caisses de sécu­ri­té sociale, de l'Unedic... Un enjeu lié au fait vou­lu que ces « dépenses » ne devront pas dépas­ser 25% du mon­tant glo­bal des retraites. Ce sont donc les femmes, les jeunes, les per­sonnes pré­ca­ri­sées ou celles qui subissent des acci­dents de la vie ou des par­cours hachées qui seront encore plus lésées par un tel sys­tème à points. D'autant plus qu'en pre­nant en compte toute la car­rière – et non pas seule­ment les 25 meilleures années (ou les 10 meilleures comme c'était le cas avant 1993) –, le cal­cul des points frap­pe­rait fort sur les car­rières hachées, les temps par­tiels, les bas salaires... en somme sur les plus démuniEs.

 

Le mouvement social prend forme

A la suite du rap­port Delevoye, qui s'attaque à tout le monde, des sec­teurs ont réagi. Le 20 sep­tembre, l'intersyndicale de la RATP annon­çait une grève illi­mi­tée à par­tir du 5 décembre pour exi­ger le retrait pur et simple du pro­jet de retraites par points. Elle a très vite été rejointe par l'intersyndicale de la SNCF.

De nom­breux sec­teurs n'appellent pas à la grève illi­mi­tée mais à une jour­née de grève géné­rale le 5 décembre : dans le sec­teur des trans­ports, de l'énergie, des raf­fi­ne­ries, dans l'éducation natio­nale, dans la san­té, chez les étudiantEs, etc. On peut s'attendre à voir le pays blo­qué le 5 décembre, avec pro­ba­ble­ment plus d'un mil­lion de per­sonnes en mani­fes­ta­tions. D'autant plus que davan­tage de sec­teurs se ral­lient jour après jour à l'idée d'une grève reconductible.

Dans la genèse de ce mou­ve­ment du 5 décembre, qui rap­pelle à maints égards la grève géné­rale vic­to­rieuse de 1995, on constate une conver­gence de divers mou­ve­ments de contes­ta­tion, notam­ment entre les syn­di­cats et les Gilets Jaunes, ce qui laisse à pen­ser que le mou­ve­ment nais­sant com­mence à dépas­ser le simple cadre de la réforme des retraites. C'est l'ensemble des poli­tiques inéga­li­taires menées par Macron qui sont remises en cause, ce qui per­met de pen­ser que ce mou­ve­ment est poten­tiel­le­ment puis­sant et durable.

L'enjeu sera double à par­tir du 5 décembre : la recon­duc­tion de la grève va-t-elle dépas­ser le seul sec­teur des trans­ports ? Le sec­teur pri­vé va-t-il se mettre en mouvement ?

Face à cette mon­tée en puis­sance des tra­vailleuses et tra­vailleurs, le pou­voir vacille. Il mul­ti­plie les annonces alam­bi­quées : si le mou­ve­ment s'étend, il est pos­sible que le gou­ver­ne­ment décide que cette réforme ne s'appliquerait fina­le­ment qu'aux nou­velles et nou­veaux entrantEs sur le mar­ché du tra­vail, ce qui retar­de­rait consi­dé­ra­ble­ment l'application de cette réforme. Macron joue sa réélec­tion aux pro­chaines élec­tions pré­si­den­tielles : il serait contraint de lâcher quelques mesures spé­ci­fiques pour tel ou tel sec­teur mobi­li­sé, afin de dégon­fler la contestation.

Un mou­ve­ment qui veut gagner devra donc faire l'effort de la per­sé­vé­rance dans l'unité et la soli­da­ri­té jusqu'au bout, c'est-à-dire jusqu'au retrait pur et simple du pro­jet de réforme.

 

[1] La fédé­ra­tion SUD-Rail a fait savoir dans un com­mu­ni­qué qu'elle ne se ren­drait pas au minis­tère « pour se faire expli­quer ou pour négo­cier les délais de mise en appli­ca­tion du sys­tème uni­ver­sel de retraites à points ». Quand on com­bat un pro­jet néfaste, on ne va pas le négocier.

 

[2] Le nombre de tri­mestres d'assurance (coti­sés et assi­mi­lés) est limi­té à 4 par année civile, sauf si l'on peut béné­fi­cier d'une majo­ra­tion de durée d'assurance.

[3] La péni­bi­li­té au tra­vail répond à cer­tains cri­tères (tra­vail de nuit, en 3×8, tra­vail répé­ti­tif, tem­pé­ra­tures extrêmes, bruit, etc.) et fait l'objet d'une accu­mu­la­tion de points tout au long du contrat sur un compte pro­fes­sion­nel de pré­ven­tion (C2P) per­son­na­li­sé acces­sible ici.

[4] Si les parents sou­haitent se répar­tir les tri­mestres de majo­ra­tion d'adoption ou d'éducation, ils doivent en faire la demande dans les 6 mois sui­vant le 4ème anni­ver­saire de la nais­sance ou de l'adoption.

[5] Pour la retraite com­plé­men­taire, chacunE peut accé­der à son rele­vé de car­rière sur son espace per­son­nel du site de l'Agirc-Arrco.

[6] François Fillon est un homme poli­tique fran­çais de droite, membre de Les Républicains (LR), ancien ministre et Premier ministre, puis can­di­dat à l'élection pré­si­den­tielle de 2017. Il est mis en exa­men depuis le 14 mars 2017 pour « détour­ne­ments de fonds publics », « com­pli­ci­té et recel de détour­ne­ments de fonds publics », « com­pli­ci­té et recel d'abus de bien sociaux », « man­que­ments aux obli­ga­tions de décla­ra­tion à la Haute Autorité pour la trans­pa­rence de la vie publique », « tra­fic d'influence », « faux et usage de faux » et « escro­que­rie aggra­vée ». Un pro­cès se tien­dra en cor­rec­tion­nelle entre le 24 février et le 11 mars 2020.

Le Mouvement des Entreprises de France (MEDEF) est un syn­di­cat patro­nal qui pos­sède un sur­poids dans les orien­ta­tions éco­no­miques et sociales des poli­tiques fran­çaises, et qui défend les inté­rêts patronaux.

[7] La pen­sion de réver­sion cor­res­pond à une par­tie de la retraite dont béné­fi­ciait ou aurait pu béné­fi­cier l'assuréE décédéE. Elle est ver­sée, si cer­taines condi­tions sont rem­plies, à l'époux ou épouse survivantE. Dans le sec­teur pri­vé, elle est égale à 54% de la retraite dont béné­fi­ciait ou aurait pu béné­fi­cier le défunt, sans tenir compte des majo­ra­tions de retraite. Cette pen­sion de réver­sion est éga­le­ment atta­quée dans le pro­jet de retraites par points, qui de sur­croît ne s'ouvre même pas au PACS.

Photo de cou­ver­ture : Rad Cyrus

A lire dans la même catégorie

LE SITE DE PORTET EN GREVE !

LE SITE DE PORTET EN GREVE !

Ce lun­di 10 jan­vier 2022, les sala­riés du site de Portet-sur-Garonne, œuvrant pour le compte du client Malet, se sont mis en grève dès 3h20 du matin, et pour une durée indéterminée !

Une affaire de badges : tout ça pour ça…

Une affaire de badges : tout ça pour ça…

Dans la « région » Sud-Est de l’entreprise, les salariéEs ont mis une année (sic) pour obte­nir des badges. Afin que chacunE puisse consta­ter com­ment la direc­tion Sud-Est les a fait « tour­ner en bour­rique », voi­ci l’intégralité des ques­tions écrites posées par les RP SUD-Rail, et les réponses écrites appor­tées par la direc­tion. La patience, la déter­mi­na­tion et la per­sé­vé­rance auront fina­le­ment eu gain de cause.

Engins moteurs : Arrêtez le massacre !

Engins moteurs : Arrêtez le massacre !

Les ano­ma­lies, pannes, absences d’engins moteurs (EM) n’en finissent plus dans l’entreprise. Ces der­niers temps, les condi­tions de tra­vail se sont consi­dé­ra­ble­ment dégra­dées du fait du mau­vais état des EM et de la mau­vaise ges­tion du parc loco­mo­tives. Voici le plan d’action de la direc­tion : chacunE pour­ra juger les résultats.

SOUTIEN A ALEXANDRE !

SOUTIEN A ALEXANDRE !

Au mois d’octobre, Alexandre, chef de site adjoint pro­duc­tion sur le site de Lyon com­bi­né, a été mis en arrêt de tra­vail pen­dant un mois, suite à un burn-out… Des conduc­teurs dont il a la charge réagissent et affichent par ces mots leur solidarité.

Aidez-nous !

Aidez-nous !

Pour que Voix-Libres vive nous avons besoin de votre participation. Que vous soyez adhérent à Sud-Rail VFLI ou non, vous êtes libres de participer au projet si cela vous tente.

Comme vous pouvez le constater, certaines rubriques du site sont encore vides ou peu fournies. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos idées.

 Si vous avez déjà un article sous la main à proposer,  vous pouvez l'envoyer au format pdf via la rubrique contact. Vous pouvez également nous envoyer des photos qui pourront être selectionnées pour la photo du mois.

 

SOUMETTRE UN ARTICLE

You have Successfully Subscribed!

Partagez !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !

Photo de Dylan Gillis sur Unsplash