5 janvier 2021
BIENVENUE A CAPTRAIN FRANCE !
5 janvier 2021
Sommaire

1. Juste un chan­ge­ment de nom et rien d’autre ?

2. Ça com­mence fort !

3. VFLI ou Captrain France : même logique mortifère

4. Prenons nos affaires en main !

Ça y est : VFLI, la petite start-up locale de droit pri­vé de la SNCF née en 1998 et dédiée à la logis­tique fer­ro­viaire sur sites indus­triels, deve­nue au fil des années et des acqui­si­tions VFLI SAS, filiale natio­nale, pour s’établir comme un acteur majeur du trans­port de fret fer­ro­viaire, a chan­gé de nom pour deve­nir Captrain France depuis ce 1er jan­vier 2021.

Autant dire que, dans le monde du fret fer­ro­viaire, ce n’est pas une petite affaire. Un « chan­ge­ment de nom » annon­cé sou­dai­ne­ment aux salariéEs le 11 juin der­nier, suite à un pro­jet de restruc­tu­ra­tion du pôle Transport Ferroviaire et Multimodal de Marchandises (TFMM) de SNCF Logistics. La direc­tion de VFLI mar­te­lait qu’il n’y aurait de chan­ge­ment pour l’entreprise que le nom et rien d’autre : « Il n'y a aucune restruc­tu­ra­tion qui soit liée au chan­ge­ment de nom ou qui soit la consé­quence de ce chan­ge­ment de nom ».

SUD-Rail avait immé­dia­te­ment appe­lé à la vigi­lance, expri­mé de la méfiance quant à ce dis­cours et for­mu­lé des craintes concer­nant notam­ment l’abandon des acti­vi­tés ITE sur sites indus­triels, ou le dum­ping social dont feraient l’objet les salariéEs mis en concur­rence avec les autres Captrain euro­péens moins bien lotis sur le plan social. Le fait est que ces craintes, sans pour autant être confir­mées pour l’instant, sont fon­dées et se légi­ti­ment mois après mois.

Juste un chan­ge­ment de nom et rien d’autre ?

Il y a pour­tant d’abord eu un chan­ge­ment de Président, dès le 1er juillet 2020, dont le com­mu­ni­qué de presse de TFMM daté du même jour révèle que, pour « les acti­vi­tés busi­ness » de TFMM, le nou­veau Président de VFLI « mène­ra la trans­for­ma­tion de VFLI en Captrain France ». Un chan­ge­ment de Président pour­vu d’un man­dat à visée stra­té­gique, ce n’est pas qu’un chan­ge­ment de nom...

En octobre 2020, on appre­nait la réa­li­sa­tion d’une pre­mière chez « VFLI Formation » : l’évaluation des acquis des conducteurs/trices belges de Railtraxx, soit Captrain Belgium, éga­le­ment filiale de SNCF Logistics pilo­tée par TFMM, pour une remise à niveau qui leur per­met­trait de cir­cu­ler sur la par­tie française.

En soi, aucun pro­blème : nous sommes touTEs des tra­vailleuses et tra­vailleurs du rail, avec les mêmes inté­rêts, par-delà la natio­na­li­té et les fron­tières. Mais du point de vue des condi­tions sociales, est-ce à ce point avan­ta­geux pour les action­naires qu’on pré­fère habi­li­ter ces conducteurs/trices sur le réseau de France plu­tôt que de déve­lop­per des emplois chez Captrain France, ou mieux, direc­te­ment chez la mai­son mère ? Quels sont les salaires de ces salariéEs ? Quelles sont leurs condi­tions de tra­vail ? Faut-il que Captrain France abaisse encore son niveau social à celui de Captrain Belgium pour obte­nir du tra­vail sur la par­tie fran­çaise ? En sera-t-il de même avec les conducteurs/trices de Captrain España et de Captrain Italia ? Captrain Europe est-il une spi­rale à tirer tout le monde vers le bas ?

Ces salariéEs de Belgique doivent être remis à niveau : peut-être mais, au-delà de la conduite, que ce soit d’abord une mise au niveau social de l’entreprise qui dis­pose des meilleures rému­né­ra­tions et des meilleures condi­tions de tra­vail d’Europe ! Et nous aus­si par la même occa­sion ! Quoi qu’il en soit, des acti­vi­tés de for­ma­tion du per­son­nel des autres Captrain euro­péens, ce n’est pas qu’un chan­ge­ment de nom...

En novembre 2020, le CSE de VFLI était consul­té sur un pro­jet de « réor­ga­ni­sa­tion » de l’entreprise : les acti­vi­tés ITE sur sites indus­triels font désor­mais excep­tion avec la créa­tion et l’entrée en vigueur depuis ce 1er jan­vier 2021 de « Captrain Proximité », une « Business Unit » auto­nome consa­crée uni­que­ment à la ges­tion de toutes ces acti­vi­tés sur sites industriels.

Pourquoi ne pas en avoir fait une « région » de l’entreprise, au même titre par exemple que Captrain Travaux, Captrain Matériel ou Captrain Formation ? Pourquoi le sec­teur d’activité de l’entreprise qui rap­porte le moins fait-il l’objet d’une restruc­tu­ra­tion sous cette forme spé­ciale ? Pour des salariéEs qui se sen­taient déjà isoléEs et excluEs de l’entreprise, on ne peut faire mieux pour accen­tuer ce sentiment…

Sans jouer les pro­nos­tics, la réponse semble évi­dente : il s’agit du lan­ce­ment d’un pro­ces­sus de filia­li­sa­tion qui ne dit pas son nom. Captrain Proximité sera sans doute à terme une filiale de Captrain France… L’intérêt inavoué pour la direc­tion ? Générer des éco­no­mies par une réduc­tion de ce qu’ils appellent des « charges », et « opti­mi­ser » le cadre fis­cal par des « avan­tages » fis­caux, par exemple la réduc­tion du mon­tant de l’impôt sur les béné­fices ou la remon­tée des divi­dendes au pro­fit de la socié­té mère sans – ou avec une très faible – taxa­tion fis­cale. Il s’agit d’une bonne pra­tique capi­ta­lis­tique bien rodée, celle-là même qui contri­bue acti­ve­ment à détruire les ser­vices publics et la sécu­ri­té sociale du pays.

L’intérêt pour les salariéEs de cette toute nou­velle « Business Unit » Captrain Proximité ? Aucun. Le pro­jet se jus­ti­fie par la mise en œuvre d’une « orga­ni­sa­tion plus effi­cace afin de gagner en per­for­mances tech­niques et éco­no­miques », « amé­lio­rer la ren­ta­bi­li­té », « pro­po­ser une gamme de ser­vices per­for­mantes au sein et à proxi­mi­té des sites indus­triels », « gagner en com­pé­tences », « mieux répondre aux attentes du marché ».

Ce voca­bu­laire mana­gé­rial est celui qu’on uti­lise pour dire : les salariéEs vont devoir être plus pro­duc­tifs, davan­tage poly-compétents, pro­duire plus de tâches avec les mêmes moyens maté­riels et le même temps de tra­vail… A quand le tour de la « région » Captrain Matériel ? Quoi qu’il en soit, un pro­ces­sus de filia­li­sa­tion de toute une par­tie his­to­rique des acti­vi­tés de l’entreprise, ce n’est pas qu’un chan­ge­ment de nom…

Ça com­mence fort !

A la mi-décembre 2020, l’entrée en vigueur du ser­vice annuel 2021 a révé­lé qu’on part de loin.

  • Trop de contrats « clients » à hono­rer avec un manque cruel de per­son­nel et des conducteurs/trices pas encore habilitéEs pour les nou­velles com­mandes : des retrai­tés che­mi­nots en CDD sont appe­lés en nombre à la rescousse.
  • Les EM défaillants per­sistent depuis des mois et fatiguent les corps et les esprits : aucune amé­lio­ra­tion n’est perceptible.
  • L’année com­mence avec un nombre consi­dé­rable de rou­le­ments qui ne res­pectent pas la régle­men­ta­tion RH : mais que font les direc­tions régionales ?
  • Faute de per­son­nel en nombre suf­fi­sant, des salariéEs sont affectéEs sur plu­sieurs rou­le­ments, de « régions » dif­fé­rentes : a-t-on le droit d’avoir une vie en dehors du travail ?
  • Une réor­ga­ni­sa­tion de la « plate-forme Ile-de-France » a pris effet dès le 1er novembre 2020 dans le but d’économiser des Equivalents Temps Plein (ETP) : bah voyons, pour­quoi se pri­ver de réduire les pos­si­bi­li­tés d’offrir du travail ?
  • Des habi­li­ta­tions et des com­pé­tences sup­plé­men­taires sont exi­gées pour bon nombre de salariéEs afin d’assurer les nou­veaux tra­fics, sans qu’elles ne soient valorisées.
  • Il est pré­vu que la poly-compétence soit encore davan­tage déve­lop­pée et géné­ra­li­sée dans l’entreprise, sans être valorisée.

Autant dire que, jusqu’à preuve du contraire, le lan­ce­ment de Captrain France ne fait pas rêver…

VFLI ou Captrain France : même logique mortifère

A vrai dire, VFLI ou Captrain, c’est la même logique du moins disant social, de la course à la pro­duc­ti­vi­té. Avec le pro­jet Captrain France, la direc­tion du Groupe SNCF a une stra­té­gie et un objec­tif : détruire toutes les pro­tec­tions sociales des cheminotEs – qui sont pour­tant un mini­mum conquis de hautes luttes et sou­hai­table pour touTEs les tra­vailleuses et tra­vailleurs du rail – en misant sur la concur­rence géné­ra­li­sée, la « loi du mar­ché », pour faire des filiales pri­vées aux condi­tions de tra­vail et aux pro­tec­tions sociales misé­rables la norme, et ain­si se don­ner des marges de pro­fits plus grandes.

Captrain France est une machine pré­vue pour ali­men­ter acti­ve­ment ce monde fer­ro­viaire délé­tère, ani­mé par la course à la ren­ta­bi­li­té, où les tra­vailleuses et tra­vailleurs du rail sont jetéEs les unEs contre les autres, et où ce sont les moins bien lotiEs qui tirent l’ensemble vers le bas.

La SNCF a sup­pri­mé 7000 emplois ces 3 der­nières années, en plus d’avoir sup­pri­mé le sta­tut de pro­tec­tion sociale ! Sur le com­bi­né, par exemple, Captrain France vient de récu­pé­rer 2 contrats Froid Combi, les­quels étaient assu­rés par FRET SNCF depuis leur lan­ce­ment en 1998. Conséquence : la des­truc­tion d’emplois s’intensifie chez le pre­mier trans­por­teur fer­ro­viaire de mar­chan­dises en France, celui où le niveau social est le plus en faveur des salariéEs.

Il y a des rai­sons de pen­ser que le pro­jet Captrain France s’inscrit dans un pro­jet glo­bal qui prend pour hori­zon le déman­tè­le­ment de FRET SNCF par sa mise en concur­rence « à moindres coûts » avec le regrou­pe­ment des filiales Captrain, Forwardis et Naviland Cargo dans le sous-ensemble « Rail Logistics Europe » qui vient d’être créé fin 2020 au sein de TFMM. Une fois que FRET SNCF serait mise au bas niveau des filiales, elle inté­gre­rait l’ensemble. Evidemment, ce Monopoly de SNCF Logistics se fait sans le consen­te­ment des premierEs concernéEs, les tra­vailleuses et tra­vailleurs qui, elles et eux seulEs, font ren­trer l’argent.

Ces plans sont à l’opposé de ce qui est sou­hai­table pour touTEs et de ce pour­quoi SUD-Rail se bat, à savoir un ser­vice public du trans­port des mar­chan­dises doté d’un haut niveau de pro­tec­tion sociale des salariéEs.

Prenons nos affaires en main !

Faire état de tout cela n’est pas moti­vé par une volon­té d’entacher le rela­tif enthou­siasme que sus­cite chez cer­tains col­lègues ce « nou­veau départ » pour l’entreprise. Cet engoue­ment est com­pré­hen­sible : com­ment ne pas se réjouir de l’arrivée de nou­veaux contrats, de nou­veaux tra­fics, de nou­velles machines ? Ce contexte ouvre néces­sai­re­ment des pers­pec­tives poten­tiel­le­ment durables pour chacunE d’entre nous.

Mais SUD-Rail appelle à gar­der la tête froide, à res­ter lucide et vigi­lant, en gar­dant à l’esprit tous les élé­ments struc­tu­rels, pour savoir dans quoi nous sommes enga­gés, à quoi nous par­ti­ci­pons bien mal­gré nous et vers quoi il faut tendre.

Ce contexte laisse à pen­ser que c’est avant tout le moment d’une nou­velle aven­ture faite de soli­da­ri­té, de résis­tance et de batailles col­lec­tives pour des­si­ner une entre­prise de qua­li­té sou­cieuse du bien-être des salariéEs, avec l’objectif à terme d’élever le niveau social vers ce qui se fait de mieux.

Or une telle entre­prise ne se fera que par nous, les tra­vailleuses et tra­vailleurs, par notre auto-organisation, notre nombre et notre déter­mi­na­tion à ne pas se lais­ser faire. C’est pour­quoi c’est le moment, pour les OFI, les OSS, les agents du maté­riel, les CME et CDL, de se syn­di­quer, de rejoindre les col­lègues déjà mobi­li­sés pour l’intérêt de touTEs, d’adhérer à SUD-Rail Captrain, une orga­ni­sa­tion démo­cra­tique impli­quée et active, où chacunE prend part aux déci­sions et aux actions col­lec­tives. Sans orga­ni­sa­tion col­lec­tive, pas de rap­port de force…

SUD-Rail Captrain adresse ses meilleurs vœux à touTEs les salariéEs de Captrain France pour cette année 2021 qu’on espère meilleure !

A lire dans la même catégorie

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Dans le cadre de la jour­née de grève natio­nale inter­pro­fes­sion­nelle appe­lée le jeu­di 29 sep­tembre pro­chain par l’Union syn­di­cale Solidaires et la confé­dé­ra­tion CGT, notam­ment pour l’augmentation géné­rale des salaires, SUD-Rail Captrain appelle l’ensemble des salariéEs de l’entreprise à la mobi­li­sa­tion, par la grève, du 28 sep­tembre à 12h au 30 sep­tembre à 12h, et par la mani­fes­ta­tion de rue le 29 sep­tembre, pour reven­di­quer une aug­men­ta­tion de tous les salaires de l’entreprise à hau­teur de l’inflation.

Le vase se remplit...

Le vase se remplit...

SUD-Rail est de plus en plus sol­li­ci­tée par tou­jours plus de salariéEs de l’entreprise, de toutes les régions. Partout, le même constat : les condi­tions de tra­vail conti­nuent de se dégra­der, les effec­tifs sont insuf­fi­sants, les salaires ne sont tou­jours pas à la hau­teur du tra­vail four­ni. Constater, faire remon­ter, aler­ter, c’est essen­tiel. Mais chacunE doit désor­mais prendre conscience qu’il faut s’organiser pour agir.

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

L’accord de NAO qui a été trou­vé ce 14 décembre chez Captrain France n’est pas ordi­naire. C’est l’un des meilleurs accords de l’histoire de l’entreprise qui pren­dra effet au 1er jan­vier 2022. Même si le contexte infla­tion­niste du pays atté­nue consi­dé­ra­ble­ment la por­tée de cet accord, le fait est qu’enfin la direc­tion a mon­tré par un geste fort qu’elle enten­dait SUD-Rail.

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

Chaque année chez Captrain France, la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) se tient en fin d’année. Cette année, la troi­sième et der­nière réunion est pré­vue le 14 décembre 2021. En vue de cette réunion, les orga­ni­sa­tions syn­di­cales devaient trans­mettre leurs reven­di­ca­tions à la direc­tion au plus tard le 26 novembre. Et cette année, SUD-Rail innove.

DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !

DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !

Des salariéEs de Captrain France ont dû mener bataille pour obte­nir le res­pect du droit d'accès direct et gra­tuit à leurs don­nées per­son­nelles, face à une direc­tion déci­dée à oser ce qui res­semble à une ten­ta­tive mal­adroite d’extorsion de fonds.

LA TENSION MONTE...

LA TENSION MONTE...

Depuis quelques années, la ten­sion sociale ne cesse de mon­ter signi­fi­ca­ti­ve­ment dans l’entreprise. Les condi­tions de rému­né­ra­tion par­ti­cu­liè­re­ment mau­vaises y sont, depuis tou­jours, pour quelque chose. Mais à cela se sont ajou­tées au fil des mois à la fois une dégra­da­tion impor­tante des condi­tions de tra­vail et une atti­tude par­ti­cu­liè­re­ment irres­pon­sable de la direction.

Archives communiqués

Aidez-nous !

Aidez-nous !

Pour que Voix-Libres vive nous avons besoin de votre participation. Que vous soyez adhérent à Sud-Rail VFLI ou non, vous êtes libres de participer au projet si cela vous tente.

Comme vous pouvez le constater, certaines rubriques du site sont encore vides ou peu fournies. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos idées.

 Si vous avez déjà un article sous la main à proposer,  vous pouvez l'envoyer au format pdf via la rubrique contact. Vous pouvez également nous envoyer des photos qui pourront être selectionnées pour la photo du mois.

 

SOUMETTRE UN ARTICLE

You have Successfully Subscribed!

Partagez !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !

Photo de Dylan Gillis sur Unsplash