Serrons-nous les coudes !
15 octobre 2020
Sommaire

1. Situation finan­cière de l’entreprise

2. Recours au chô­mage partiel

3. Fiche COVID

4. Congés payés et CET

5. Nettoyage et dés­in­fec­tion des EM

6. Caisses à outils

A la crise sani­taire due à la pan­dé­mie de COVID-19 s’est ajou­tée une crise éco­no­mique mon­diale. La ges­tion catas­tro­phique de cette crise par les gou­ver­ne­ments de Macron ne perd pas de vue les inté­rêts à défendre : pen­dant cette crise, les plus riches ont vu leurs for­tunes colos­sales grim­per dans des pro­por­tions inac­cep­tables, tan­dis que le taux de pau­vre­té dans le pays ne cesse d’augmenter. Les pauvres et les salariéEs (ceux-là même qui pro­duisent toutes les richesses) sont contraintEs de se ser­rer tou­jours davan­tage la cein­ture. Seule la soli­da­ri­té entre nous, pour défendre nos inté­rêts, nous per­met­tra de ne pas se faire "écra­ser" et de sor­tir renforcéEs de cette crise.

Situation finan­cière de l’entreprise

La situa­tion finan­cière de l’entreprise n’est pas aus­si catas­tro­phique qu’on nous l’a dit il y a quelques mois : la situa­tion actuelle est à peu près la même qu’en 2019. La direc­tion s’est ser­vie d’une rela­tive baisse de la pro­duc­tion pour faire miroi­ter l’idée de la néces­si­té pour les salariéEs de faire des efforts sup­plé­men­taires : pas de prime de par­ti­ci­pa­tion, pas de prime d’intéressement, pas de prime de recon­nais­sance, etc. Mais les aides de l’Etat, c’est-à-dire nos impôts, ont per­mis de main­te­nir la situa­tion finan­cière de l’entreprise à flot. Bien sûr, la direc­tion se ser­vi­ra de la réces­sion glo­bale de l’économie du pays pour nous impo­ser une aus­té­ri­té, d’autant plus que la situa­tion est dif­fi­cile pour un cer­tain nombre de "clients", pro­vo­quant des baisses d’activité sur cer­tains contrats, voire l’arrêt pour d’autres.

Recours au chô­mage partiel

La direc­tion a consul­té le CSE sur l’éventualité d’un nou­veau recours au chô­mage par­tiel jusqu’à fin mars 2021. SUD-Rail a émis deux conditions :

1/ N’y recou­rir qu’en der­nier recours, après avoir pro­po­sé aux salariéEs concernéEs, dans l’ordre, une pla­ni­fi­ca­tion des for­ma­tions pen­dant cette période (for­ma­tions EM, JFC), des affec­ta­tions tem­po­raires dans le cadre de dépla­ce­ments accep­tés par les salariéEs, la prise des repos pério­diques, la prise des congés payés aux dates deman­dées par les salariéEs, une mobi­li­té géo­gra­phique sur des postes ouverts accep­tée par les salariéEs.

2/ Que l’indemnité en cas de recours au chô­mage par­tiel soit fixée à 100%. La CGT et l’UNSA ont, quant à elles, vali­dé l’indemnisation à 84%.

Fiche COVID

La direc­tion a com­mu­ni­qué début sep­tembre une fiche unique COVID détaillant toutes les mesures sani­taires que doivent res­pec­ter les salariéEs. Nous avons pu consta­ter que, mal­gré ces pres­crip­tions par­mi les­quelles figure l’obligation de res­pec­ter une dis­tance phy­sique d’un mètre entre les per­sonnes sur les lieux de tra­vail, des mis­sions sont par exemple com­man­dées avec 4 salariéEs dans des cabines qui ne per­mettent qu’une seule per­sonne si l’on res­pecte cette dis­tance. Cette ges­tion est irres­pon­sable. La pré­ven­tion des risques n’est pas négo­ciable au moment où la pan­dé­mie reprend de la vigueur : chaque salariéE doit être protégéE afin de ne pas consti­tuer un risque pour l’ensemble des salariéEs de l’entreprise. Pour rap­pel, si l’une des mesures de la fiche COVID n’est pas res­pec­tée, toutE salariéE en pré­sence du dan­ger est en droit d’user de son droit de retrait. Ne pas hési­ter à sol­li­ci­ter SUD-Rail si besoin.

Congés payés et CET

Comme pré­vu, la direc­tion exploite les pos­si­bi­li­tés offertes par l’ordonnance du pre­mier gou­ver­ne­ment Macron en matière de congés payés et de repos impo­sés. Légalement, elle est en droit de prendre des jours épar­gnés sur le Compte Epargne Temps (CET), dans la limite de 10, pour les impo­ser. Même si elle s’est enga­gée à ne pas tou­cher aux jours épar­gnés avant 2020, rien n’indique qu’elle tien­dra parole. De même pour les congés payés annuels. Tout congé non pris avant le 31 décembre 2020 sera per­du. SUD-Rail invite vive­ment touTEs les salariéEs à faire leurs demandes de congés pour l’intégralité des jours acquis de droit. En cas de refus de demandes par l'entreprise, ne pas hési­ter à sol­li­ci­ter SUD-Rail.

Nettoyage et dés­in­fec­tion des EM

En cette période de reprise de la pan­dé­mie, il est regret­table de consta­ter que bon nombre d’EM sont tou­jours souillés, avec des détri­tus épar­pillés par­tout. Il est impor­tant que chaque CDL pense aux autres et assure le net­toyage de sa cabine en fin de mis­sion. La direc­tion a expri­mé son inten­tion d’infliger des sanc­tions dis­ci­pli­naires à qui ne res­pec­te­rait pas cette pres­crip­tion. Pour ce qui est de la dés­in­fec­tion des EM, qui incombe à l’employeur, mais que la direc­tion cherche à faire repo­ser sur les salariéEs, SUD-Rail a deman­dé notam­ment le recours à un pres­ta­taire pour une dés­in­fec­tion com­plète des EM chaque fois que cela est pos­sible (chaque entrée dépôt par exemple), et la prise en compte dans le temps de tra­vail effec­tif de la dés­in­fec­tion par­tielle effec­tuée par les CDL à chaque prise et fin de service.

Caisses à outils

Dans les engins moteurs (EM) élec­triques, les caisses à outils sont pour la plu­part qua­si­ment vides et plom­bées. Lors de la PC, les CDL ne peuvent pas consta­ter les man­quants ; et lorsqu’une ano­ma­lie sur­vient, ils ou elles constatent l’impossibilité de trai­ter cer­taines ano­ma­lies du fait de l’absence d’outils. A la demande de SUD-Rail, la direc­tion s’est enga­gée à opé­rer un rem­plis­sage com­plet de toutes les caisses à outils des EM, confor­mé­ment à l'instruction GEMA-I-MA-604 du docu­ment métier. Elle a en revanche refu­sé la dis­tri­bu­tion d’un outil mul­ti­fonc­tion à chaque CDL.

Pour plus d'infos, contactez-nous.

A lire dans la même catégorie

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Dans le cadre de la jour­née de grève natio­nale inter­pro­fes­sion­nelle appe­lée le jeu­di 29 sep­tembre pro­chain par l’Union syn­di­cale Solidaires et la confé­dé­ra­tion CGT, notam­ment pour l’augmentation géné­rale des salaires, SUD-Rail Captrain appelle l’ensemble des salariéEs de l’entreprise à la mobi­li­sa­tion, par la grève, du 28 sep­tembre à 12h au 30 sep­tembre à 12h, et par la mani­fes­ta­tion de rue le 29 sep­tembre, pour reven­di­quer une aug­men­ta­tion de tous les salaires de l’entreprise à hau­teur de l’inflation.

Le vase se remplit...

Le vase se remplit...

SUD-Rail est de plus en plus sol­li­ci­tée par tou­jours plus de salariéEs de l’entreprise, de toutes les régions. Partout, le même constat : les condi­tions de tra­vail conti­nuent de se dégra­der, les effec­tifs sont insuf­fi­sants, les salaires ne sont tou­jours pas à la hau­teur du tra­vail four­ni. Constater, faire remon­ter, aler­ter, c’est essen­tiel. Mais chacunE doit désor­mais prendre conscience qu’il faut s’organiser pour agir.

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

L’accord de NAO qui a été trou­vé ce 14 décembre chez Captrain France n’est pas ordi­naire. C’est l’un des meilleurs accords de l’histoire de l’entreprise qui pren­dra effet au 1er jan­vier 2022. Même si le contexte infla­tion­niste du pays atté­nue consi­dé­ra­ble­ment la por­tée de cet accord, le fait est qu’enfin la direc­tion a mon­tré par un geste fort qu’elle enten­dait SUD-Rail.

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

Chaque année chez Captrain France, la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) se tient en fin d’année. Cette année, la troi­sième et der­nière réunion est pré­vue le 14 décembre 2021. En vue de cette réunion, les orga­ni­sa­tions syn­di­cales devaient trans­mettre leurs reven­di­ca­tions à la direc­tion au plus tard le 26 novembre. Et cette année, SUD-Rail innove.

DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !

DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !

Des salariéEs de Captrain France ont dû mener bataille pour obte­nir le res­pect du droit d'accès direct et gra­tuit à leurs don­nées per­son­nelles, face à une direc­tion déci­dée à oser ce qui res­semble à une ten­ta­tive mal­adroite d’extorsion de fonds.

LA TENSION MONTE...

LA TENSION MONTE...

Depuis quelques années, la ten­sion sociale ne cesse de mon­ter signi­fi­ca­ti­ve­ment dans l’entreprise. Les condi­tions de rému­né­ra­tion par­ti­cu­liè­re­ment mau­vaises y sont, depuis tou­jours, pour quelque chose. Mais à cela se sont ajou­tées au fil des mois à la fois une dégra­da­tion impor­tante des condi­tions de tra­vail et une atti­tude par­ti­cu­liè­re­ment irres­pon­sable de la direction.

Archives communiqués

Aidez-nous !

Aidez-nous !

Pour que Voix-Libres vive nous avons besoin de votre participation. Que vous soyez adhérent à Sud-Rail VFLI ou non, vous êtes libres de participer au projet si cela vous tente.

Comme vous pouvez le constater, certaines rubriques du site sont encore vides ou peu fournies. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos idées.

 Si vous avez déjà un article sous la main à proposer,  vous pouvez l'envoyer au format pdf via la rubrique contact. Vous pouvez également nous envoyer des photos qui pourront être selectionnées pour la photo du mois.

 

SOUMETTRE UN ARTICLE

You have Successfully Subscribed!

Partagez !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !

Photo de Dylan Gillis sur Unsplash