7 avril 2020
LA DIRECTION CHOISIT DE « MATRAQUER » LES SALARIÉS !
7 avril 2020
Sommaire
1. Recours au chô­mage par­tiel dégradé !
2. Recours aux repos forcés !
3. Aucune prime en perspective !
4. Tout pour les cadres et les actionnaires !
5. Nos revendications !

Dans la ges­tion de la crise sani­taire du Coronavirus, le gou­ver­ne­ment applique une « stra­té­gie du choc ». Il pro­fite de la ter­reur géné­rale semée par ce virus pour faire pas­ser des ordon­nances qui s'attaquent aux droits sociaux et fon­da­men­taux des salariéEs et de la popu­la­tion : fin de la liber­té de cir­cu­la­tion (au lieu de s'attaquer aux pos­si­bi­li­tés de contact avec des per­sonnes infec­tées, on confine tout le monde), fin des 35 heures (semaine de 60h), réduc­tion des congés payés, etc. Parallèlement, il offre des cadeaux miro­bo­lants au patro­nat : report de 3 mois du délai de paie­ment des échéances sociales et fis­cales, remise d'impôts directs, prêt garan­ti par l’État, rééche­lon­ne­ment des cré­dits ban­caires, dis­po­si­tif de chô­mage par­tiel inté­gra­le­ment rem­bour­sé par l’État jusqu'à 70% du salaire brut (soit envi­ron 84% du salaire net).
Lors de la réunion extra­or­di­naire du CSE du 2 avril, la direc­tion de VFLI a fait entendre les orien­ta­tions qu'elle comp­tait prendre dans la ges­tion de cette crise. EN TOUT POINT, ELLE S’OPPOSE AUX DEMANDES DES SALARIÉ(E)S RELAYÉES PAR LES MEMBRES DU CSE.

Recours au chô­mage par­tiel dégradé !

La direc­tion a annon­cé qu'elle aurait recours de plus en plus au dis­po­si­tif de chô­mage par­tiel dans le mois à venir. La mesure annon­cée par le gou­ver­ne­ment pré­voit que l'entreprise verse une indem­ni­té égale à 70% du salaire brut (envi­ron 84% du net) à ses salariéEs – les sala­riés au SMIC ou moins sont indem­ni­sés à 100% – et qu’elle sera inté­gra­le­ment rem­bour­sée par l’État pour les salaires allant jusqu'à 4,5 fois le SMIC. Dans la mesure où les salariéEs en chô­mage par­tiel ne coû­te­ront rien à l'employeur, celui-ci peut tout à fait faire le choix d'indemniser à 100 %, ce qui ne ferait que 30% de sa poche.
Contre l'avis des membres du CSE, la direc­tion a choi­si d'indemniser le chô­mage par­tiel à hau­teur du mini­mum légal : 70% du salaire brut, soit envi­ron 84% du salaire net. Les salariéEs en chô­mage par­tiel per­dront donc du salaire...

Recours aux repos forcés !

La direc­tion a annon­cé qu'elle ne se pri­ve­rait pas de recou­rir à l’imposition de congés payés et de repos pen­dant la période de confi­ne­ment. A défaut d’accord de branche et d’entreprise, elle ne pour­ra pas impo­ser les 6 jours de congés payés. Mais l'ordonnance gou­ver­ne­men­tale lui per­met d'imposer jusqu'à 10 jours de RTT, de CET ou de repos par conven­tion de for­fait. La direc­tion n'est pas dans l'obligation d'appliquer ces mesures ; car les jours non tra­vaillés sont nor­ma­le­ment dédiés à du temps de repos et de loi­sirs ; or il est impos­sible de croire qu'un confi­ne­ment soit du temps de loi­sirs et de repos.
Contre l'avis des membres du CSE, qui sou­haitent que la prise de congés reste à la demande du ou de la salariéE, la direc­tion choi­sit de pro­fi­ter de cette loi d'exception pour « voler » des repos aux salariéEs...

Aucune prime en perspective !

Le gou­ver­ne­ment a annon­cé la pos­si­bi­li­té pour les employeurs de ver­ser une prime défis­ca­li­sée et exo­né­rée de coti­sa­tions sociales, pour chaque salariéE obligéE de se rendre sur son lieu de tra­vail pen­dant la crise du Coronavirus, à hau­teur de 2000 euros, pou­vant être ver­sée jusqu'au 31 août. Même si cette prime devrait s'inscrire comme du salaire, c'est-à-dire avec fis­ca­li­sa­tion et coti­sa­tions sociales qui sont consti­tu­tives de droits à la pro­tec­tion sociale pour chacunE, les salariéEs y voient une marque de recon­nais­sance pour les efforts déployés et les risques pris en conti­nuant de tra­vailler en pleine pandémie.
Contre l'avis des membres du CSE, la direc­tion ne s'est pas encore pro­non­cée en faveur d'un tel ver­se­ment et a même fait entendre qu’elle ne l’envisageait pas par sou­ci économique…

Tout pour les cadres et les actionnaires !

Sous pré­texte d'une situa­tion éco­no­mique dif­fi­cile pour l'entreprise, alors qu'elle est lar­ge­ment sou­te­nue par des mesures excep­tion­nelles d'un gou­ver­ne­ment qui pré­serve ses inté­rêts, la direc­tion veut « matra­quer » les rému­né­ra­tions et les droits de ses salariéEs. Dans le même temps, elle a confir­mé la tenue d'une conven­tion en novembre pour les cadres de l'entreprise – une conven­tion qui coûte une for­tune ! –, et à aucun moment elle n'a fait men­tion d’une éven­tuelle sus­pen­sion des divi­dendes ver­sés aux action­naires, les­quels repré­sentent des mil­lions ! A tous égards, la direc­tion fait preuve d'un mépris total vis-à-vis des salariéEs. Les condi­tions de tra­vail sont déplo­rables, non sécu­ri­sées dans plu­sieurs endroits. Les salariéEs sont maintenuEs sous le risque de la mala­die, remerciéEs en parole et pousséEs à redou­bler d'efforts pour un pseu­doef­fort « d'union natio­nale », alors qu'aucun tra­fic ne fait l'objet d'une réqui­si­tion pré­fec­to­rale. Et il n'y a aucune recon­nais­sance en contrepartie !
LA SANTÉ DES SALARIÉ(E)S EST SACRIFIÉE SUR L’AUTEL DES INTÉRÊTS ÉCONOMIQUES, LESQUELS PROFITENT UNIQUEMENT AUX ACTIONNAIRES !!!

Nos reven­di­ca­tions !
  • Suspension des divi­dendes ver­sés aux actionnaires
  • Suspension jusqu'à nou­vel ordre des tra­fics qui ne font pas l'objet d'une réqui­si­tion préfectorale
  • Mise en arrêt de tra­vail de touTEs les salariéEs qui ne dis­posent pas de moyens de pro­tec­tion indi­vi­duelle (masque de 2ème caté­go­rie, gel hydro­al­coo­lique, lin­gettes dés­in­fec­tantes, gants jetables)
  • Réduction dras­tique des RHR
  • Indemnisation à 100% en cas de recours au chô­mage partiel
  • Aucune impo­si­tion for­cée de congés payés ni de repos (RTT, CET, repos par conven­tion de forfait)
  • Prime de 2000 euros pour chaque salariéE qui aura tra­vaillé à l'exécution pen­dant la période de confi­ne­ment (y com­pris qui aura été contraintE de prendre des congés pour garde d'enfants)

LA SANTÉ ET LA RECONNAISSANCE N’ONT PAS DE PRIX !

Pour nous contacter, cliquez-ici.

A lire dans la même catégorie

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Dans le cadre de la jour­née de grève natio­nale inter­pro­fes­sion­nelle appe­lée le jeu­di 29 sep­tembre pro­chain par l’Union syn­di­cale Solidaires et la confé­dé­ra­tion CGT, notam­ment pour l’augmentation géné­rale des salaires, SUD-Rail Captrain appelle l’ensemble des salariéEs de l’entreprise à la mobi­li­sa­tion, par la grève, du 28 sep­tembre à 12h au 30 sep­tembre à 12h, et par la mani­fes­ta­tion de rue le 29 sep­tembre, pour reven­di­quer une aug­men­ta­tion de tous les salaires de l’entreprise à hau­teur de l’inflation.

Le vase se remplit...

Le vase se remplit...

SUD-Rail est de plus en plus sol­li­ci­tée par tou­jours plus de salariéEs de l’entreprise, de toutes les régions. Partout, le même constat : les condi­tions de tra­vail conti­nuent de se dégra­der, les effec­tifs sont insuf­fi­sants, les salaires ne sont tou­jours pas à la hau­teur du tra­vail four­ni. Constater, faire remon­ter, aler­ter, c’est essen­tiel. Mais chacunE doit désor­mais prendre conscience qu’il faut s’organiser pour agir.

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

L’accord de NAO qui a été trou­vé ce 14 décembre chez Captrain France n’est pas ordi­naire. C’est l’un des meilleurs accords de l’histoire de l’entreprise qui pren­dra effet au 1er jan­vier 2022. Même si le contexte infla­tion­niste du pays atté­nue consi­dé­ra­ble­ment la por­tée de cet accord, le fait est qu’enfin la direc­tion a mon­tré par un geste fort qu’elle enten­dait SUD-Rail.

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

Chaque année chez Captrain France, la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) se tient en fin d’année. Cette année, la troi­sième et der­nière réunion est pré­vue le 14 décembre 2021. En vue de cette réunion, les orga­ni­sa­tions syn­di­cales devaient trans­mettre leurs reven­di­ca­tions à la direc­tion au plus tard le 26 novembre. Et cette année, SUD-Rail innove.

DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !

DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !

Des salariéEs de Captrain France ont dû mener bataille pour obte­nir le res­pect du droit d'accès direct et gra­tuit à leurs don­nées per­son­nelles, face à une direc­tion déci­dée à oser ce qui res­semble à une ten­ta­tive mal­adroite d’extorsion de fonds.

LA TENSION MONTE...

LA TENSION MONTE...

Depuis quelques années, la ten­sion sociale ne cesse de mon­ter signi­fi­ca­ti­ve­ment dans l’entreprise. Les condi­tions de rému­né­ra­tion par­ti­cu­liè­re­ment mau­vaises y sont, depuis tou­jours, pour quelque chose. Mais à cela se sont ajou­tées au fil des mois à la fois une dégra­da­tion impor­tante des condi­tions de tra­vail et une atti­tude par­ti­cu­liè­re­ment irres­pon­sable de la direction.

Archives communiqués

Aidez-nous !

Aidez-nous !

Pour que Voix-Libres vive nous avons besoin de votre participation. Que vous soyez adhérent à Sud-Rail VFLI ou non, vous êtes libres de participer au projet si cela vous tente.

Comme vous pouvez le constater, certaines rubriques du site sont encore vides ou peu fournies. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos idées.

 Si vous avez déjà un article sous la main à proposer,  vous pouvez l'envoyer au format pdf via la rubrique contact. Vous pouvez également nous envoyer des photos qui pourront être selectionnées pour la photo du mois.

 

SOUMETTRE UN ARTICLE

You have Successfully Subscribed!

Partagez !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !

Photo de Dylan Gillis sur Unsplash