DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !
27 octobre 2021
Sommaire

1. Quel inté­rêt d’accéder à son dos­sier professionnel ?

2. Comment s’exerce ce droit ?

3. Une ten­ta­tive d’extorsion de fonds ?

4. Victoire des salariéEs, un camou­flet pour la direction !

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) donne le droit à toutE salariéE ou ancienNE salariéE de deman­der direc­te­ment à l’entreprise d’accéder aux don­nées per­son­nelles qui le ou la concernent : c’est le droit d’accès direct. Des salariéEs de Captrain France ont dû mener bataille pour obte­nir le res­pect de ce droit, face à une direc­tion déci­dée à oser ce qui res­semble à une ten­ta­tive mal­adroite d’extorsion de fonds.

Quel inté­rêt d’accéder à son dos­sier professionnel ?

En ver­tu du RGPD, unE salariéE peut obte­nir l’accès et la com­mu­ni­ca­tion de l’ensemble des don­nées le ou la concer­nant, qu’elles soient conser­vées sur sup­port infor­ma­tique ou papier. Il ou elle a ain­si le droit d’accéder aux don­nées rela­tives notam­ment à son recru­te­ment, son his­to­rique de car­rière, l’évaluation de ses com­pé­tences pro­fes­sion­nelles (entre­tiens annuels d’évaluation), ses demandes de for­ma­tion et les éven­tuelles éva­lua­tions de celles-ci, son dos­sier dis­ci­pli­naire, l’utilisation de son badge de contrôle d’accès aux locaux, ses don­nées issues d’un dis­po­si­tif de géo­lo­ca­li­sa­tion, tout élé­ment ayant ser­vi à prendre une déci­sion à son égard (une pro­mo­tion, une aug­men­ta­tion, un chan­ge­ment d’affectation, etc.), etc.

Chez Captrain France, les salariéEs ont donc éga­le­ment droit d’accès notam­ment à leurs rou­le­ments, plan­nings, « extrac­tions Girafe » et bul­le­tins de ser­vice, c’est-à-dire l’ensemble des don­nées per­son­nelles (indi­vi­duelles et nomi­na­tives) concer­nant le décompte de leur durée de tra­vail. Ces docu­ments du dos­sier pro­fes­sion­nel peuvent notam­ment leur ser­vir à véri­fier leurs temps de tra­vail réa­li­sé, et donc la confor­mi­té de leurs bul­le­tins de paie.

L’« extrac­tion Girafe » d’une année civile, par exemple, repre­nant le détail de chaque jour de l’année (du 1er jan­vier au 31 décembre), pour un agent du maté­riel, OFI, OSS, CME ou CDL, tel qu’enregistré par le chef de site, per­met de véri­fier le décompte de la durée de tra­vail réa­li­sée, et ain­si de véri­fier la bonne prise en compte ou non des élé­ments variables de salaire (EVS), des indem­ni­tés de frais pro­fes­sion­nels, des repos, des congés, etc.

Comment s’exerce ce droit ?

Le droit d’accès est par prin­cipe gra­tuit et peut s’exercer sur place ou par écrit, y com­pris par voie élec­tro­nique. Une copie des don­nées est déli­vrée au ou à la salariéE à sa demande sans qu’aucun coût ne puisse lui être exi­gé, sauf si les demandes sont mani­fes­te­ment infon­dées ou exces­sives (exemple : demandes répé­ti­tives). L’employeur doit répondre à la demande dans les meilleurs délais sans dépas­ser un délai d’un mois à comp­ter de la récep­tion de la demande.

Au besoin, compte tenu de la com­plexi­té et du nombre de demandes qui devra être jus­ti­fiée par l’entreprise, ce délai peut être pro­lon­gé de deux mois sup­plé­men­taires. Dans ce cas, le ou la salariéE ou ancienNE salariéE doit être informéE de cette pro­lon­ga­tion et de ses motifs dans le délai d’un mois à comp­ter de la récep­tion de la demande.

En cas de défaut de réponse dans ce délai (1 ou 3 mois selon le cas), ou de réponse non satis­fai­sante, le ou la salariéE peut intro­duire une récla­ma­tion auprès de la CNIL et/ou for­mer un recours juri­dic­tion­nel à l’encontre de l’entreprise.

Une ten­ta­tive d’extorsion de fonds ?

Au mois de mai 2021, des salariéEs de l'entreprise ont for­mu­lé « mas­si­ve­ment » (selon les termes de la direc­tion) des demandes d’accès à leur dos­sier pro­fes­sion­nel, en l’occurrence des demandes de trans­mis­sion des copies de leurs « extrac­tions Girafe » 2018, 2019 et 2020. Trois ans en arrière, car il s’agit du délai maxi­mum concer­nant les récla­ma­tions d’ordre sala­rial aux Prud’hommes.

Alors que l’employeur est tenu de faci­li­ter l’exercice des droits des salariéEs en la matière, la direc­tion de Captrain France a fait un choix insen­sé. Elle a recon­nu que le droit d’obtenir une copie du décompte du temps de tra­vail existe bien, mais a consi­dé­ré que les demandes seraient exces­sives lorsqu’elles por­te­raient sur une période supé­rieure à douze mois, ou une période, quelle que soit sa durée, anté­rieure aux douze der­niers mois. Les demandes répé­ti­tives, c’est-à-dire plus de deux par an, seraient éga­le­ment consi­dé­rées comme exces­sives. Pour toute demande exces­sive, le paie­ment d’un coût for­fai­taire serait exi­gé de la part des salariéEs pour l’obtention des docu­ments en ques­tion, à savoir un coût de 150 euros ! Toutes les demandes récem­ment for­mu­lées se voyaient donc empê­chées, puisqu’aucunE salariéE ne pou­vait béné­fi­cier d’une année civile com­plète… A moins de se sou­mettre à un tel paie­ment contraint.

Alors même que l’article 5 de l’accord de branche rela­tif à l’organisation du tra­vail, auquel est sou­mis Captrain France, impose à l’employeur de conser­ver ces docu­ments pen­dant trois années. Et alors même que le RGPD impose à l’employeur le prin­cipe de la gratuité !

« L'extorsion est le fait d'obtenir par vio­lence, menace de vio­lences ou contrainte soit une signa­ture, un enga­ge­ment ou une renon­cia­tion, soit la révé­la­tion d'un secret, soit la remise de fonds, de valeurs ou d'un bien quel­conque ». Cette déci­sion osée de la direc­tion n’est-elle pas une ten­ta­tive d’obtenir par contrainte la remise de fonds ? ChacunE pour­ra se faire son opi­nion. Quoi qu’il en soit, cette déci­sion avait à l’évidence deux objec­tifs : dis­sua­der les salariéEs de faire de telles demandes (alors qu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’un droit), et gagner du temps… Mais quand on y pense : contraindre unE salariéE à payer 150 euros alors qu’on est dans l’obligation légale de don­ner suite à sa demande gratuitement, dans une période où tout le monde sait que la direc­tion gère mal l’entreprise parce que les salaires n’évoluent pas tan­dis que les condi­tions de tra­vail se dégradent consi­dé­ra­ble­ment, quel affront insul­tant à l’égard des salariéEs !

Victoire des salariéEs, un camou­flet pour la direction !

Durant l’été, suite à cette réponse de la direc­tion, bon nombre des salariéEs qui avaient fait demande d’une copie de leurs « extrac­tions Girafe » ne se sont pas lais­sés faire et ont adres­sé chacunE une plainte à la CNIL, avec l’aide et l’appui de SUD-Rail.

La CNIL, qui est dotée d’un pou­voir de sanc­tion, est inter­ve­nue auprès de l'entreprise. Début sep­tembre, confor­mé­ment au droit, touTEs les salariéEs concernéEs rece­vaient sans tar­der et gratuitement, de la part de la direc­tion, l’intégralité des « extrac­tions Girafe » demandées !

Grâce à la mobi­li­sa­tion de ces salariéEs et de SUD-Rail, l’ensemble des salariéEs de l’entreprise ont désor­mais accès gratuitement à la trans­mis­sion des copies de docu­ments de leur dos­sier pro­fes­sion­nel, et notam­ment au décompte de leur durée de tra­vail por­tant jusqu’aux trois années anté­rieures. Une vic­toire qui prouve à nou­veau la néces­si­té de s’engager collectivement !

SUD-Rail est déjà en mesure de dire que les « extrac­tions Girafe » 2018, 2019 et 2020 révèlent des aber­ra­tions en termes d’organisation de la durée de tra­vail ! La suite au pro­chain épisode…

A lire dans la même catégorie

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Dans le cadre de la jour­née de grève natio­nale inter­pro­fes­sion­nelle appe­lée le jeu­di 29 sep­tembre pro­chain par l’Union syn­di­cale Solidaires et la confé­dé­ra­tion CGT, notam­ment pour l’augmentation géné­rale des salaires, SUD-Rail Captrain appelle l’ensemble des salariéEs de l’entreprise à la mobi­li­sa­tion, par la grève, du 28 sep­tembre à 12h au 30 sep­tembre à 12h, et par la mani­fes­ta­tion de rue le 29 sep­tembre, pour reven­di­quer une aug­men­ta­tion de tous les salaires de l’entreprise à hau­teur de l’inflation.

Le vase se remplit...

Le vase se remplit...

SUD-Rail est de plus en plus sol­li­ci­tée par tou­jours plus de salariéEs de l’entreprise, de toutes les régions. Partout, le même constat : les condi­tions de tra­vail conti­nuent de se dégra­der, les effec­tifs sont insuf­fi­sants, les salaires ne sont tou­jours pas à la hau­teur du tra­vail four­ni. Constater, faire remon­ter, aler­ter, c’est essen­tiel. Mais chacunE doit désor­mais prendre conscience qu’il faut s’organiser pour agir.

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

L’accord de NAO qui a été trou­vé ce 14 décembre chez Captrain France n’est pas ordi­naire. C’est l’un des meilleurs accords de l’histoire de l’entreprise qui pren­dra effet au 1er jan­vier 2022. Même si le contexte infla­tion­niste du pays atté­nue consi­dé­ra­ble­ment la por­tée de cet accord, le fait est qu’enfin la direc­tion a mon­tré par un geste fort qu’elle enten­dait SUD-Rail.

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

Chaque année chez Captrain France, la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) se tient en fin d’année. Cette année, la troi­sième et der­nière réunion est pré­vue le 14 décembre 2021. En vue de cette réunion, les orga­ni­sa­tions syn­di­cales devaient trans­mettre leurs reven­di­ca­tions à la direc­tion au plus tard le 26 novembre. Et cette année, SUD-Rail innove.

LA TENSION MONTE...

LA TENSION MONTE...

Depuis quelques années, la ten­sion sociale ne cesse de mon­ter signi­fi­ca­ti­ve­ment dans l’entreprise. Les condi­tions de rému­né­ra­tion par­ti­cu­liè­re­ment mau­vaises y sont, depuis tou­jours, pour quelque chose. Mais à cela se sont ajou­tées au fil des mois à la fois une dégra­da­tion impor­tante des condi­tions de tra­vail et une atti­tude par­ti­cu­liè­re­ment irres­pon­sable de la direction.

Restucturation : Au tour de Captrain Cargo !

Restucturation : Au tour de Captrain Cargo !

Quelqu’unE avait déjà enten­du par­ler de Captrain Cargo ? Non ? C’est nor­mal. Ce nom a récem­ment été inven­té par la direc­tion, pour dési­gner toute l’activité RFN de l’entreprise. Depuis le « chan­ge­ment de nom » (le pas­sage de VFLI à Captrain France), l’entreprise subit des réor­ga­ni­sa­tions au pas de charge. C’est au tour de Captrain Cargo d’en faire les frais.

Archives communiqués

Aidez-nous !

Aidez-nous !

Pour que Voix-Libres vive nous avons besoin de votre participation. Que vous soyez adhérent à Sud-Rail VFLI ou non, vous êtes libres de participer au projet si cela vous tente.

Comme vous pouvez le constater, certaines rubriques du site sont encore vides ou peu fournies. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos idées.

 Si vous avez déjà un article sous la main à proposer,  vous pouvez l'envoyer au format pdf via la rubrique contact. Vous pouvez également nous envoyer des photos qui pourront être selectionnées pour la photo du mois.

 

SOUMETTRE UN ARTICLE

You have Successfully Subscribed!

Partagez !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !

Photo de Dylan Gillis sur Unsplash