DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !
27 octobre 2021
Sommaire

1. Quel inté­rêt d’accéder à son dos­sier professionnel ?

2. Comment s’exerce ce droit ?

3. Une ten­ta­tive d’extorsion de fonds ?

4. Victoire des salariéEs, un camou­flet pour la direction !

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) donne le droit à toutE salariéE ou ancienNE salariéE de deman­der direc­te­ment à l’entreprise d’accéder aux don­nées per­son­nelles qui le ou la concernent : c’est le droit d’accès direct. Des salariéEs de Captrain France ont dû mener bataille pour obte­nir le res­pect de ce droit, face à une direc­tion déci­dée à oser ce qui res­semble à une ten­ta­tive mal­adroite d’extorsion de fonds.

Quel inté­rêt d’accéder à son dos­sier professionnel ?

En ver­tu du RGPD, unE salariéE peut obte­nir l’accès et la com­mu­ni­ca­tion de l’ensemble des don­nées le ou la concer­nant, qu’elles soient conser­vées sur sup­port infor­ma­tique ou papier. Il ou elle a ain­si le droit d’accéder aux don­nées rela­tives notam­ment à son recru­te­ment, son his­to­rique de car­rière, l’évaluation de ses com­pé­tences pro­fes­sion­nelles (entre­tiens annuels d’évaluation), ses demandes de for­ma­tion et les éven­tuelles éva­lua­tions de celles-ci, son dos­sier dis­ci­pli­naire, l’utilisation de son badge de contrôle d’accès aux locaux, ses don­nées issues d’un dis­po­si­tif de géo­lo­ca­li­sa­tion, tout élé­ment ayant ser­vi à prendre une déci­sion à son égard (une pro­mo­tion, une aug­men­ta­tion, un chan­ge­ment d’affectation, etc.), etc.

Chez Captrain France, les salariéEs ont donc éga­le­ment droit d’accès notam­ment à leurs rou­le­ments, plan­nings, « extrac­tions Girafe » et bul­le­tins de ser­vice, c’est-à-dire l’ensemble des don­nées per­son­nelles (indi­vi­duelles et nomi­na­tives) concer­nant le décompte de leur durée de tra­vail. Ces docu­ments du dos­sier pro­fes­sion­nel peuvent notam­ment leur ser­vir à véri­fier leurs temps de tra­vail réa­li­sé, et donc la confor­mi­té de leurs bul­le­tins de paie.

L’« extrac­tion Girafe » d’une année civile, par exemple, repre­nant le détail de chaque jour de l’année (du 1er jan­vier au 31 décembre), pour un agent du maté­riel, OFI, OSS, CME ou CDL, tel qu’enregistré par le chef de site, per­met de véri­fier le décompte de la durée de tra­vail réa­li­sée, et ain­si de véri­fier la bonne prise en compte ou non des élé­ments variables de salaire (EVS), des indem­ni­tés de frais pro­fes­sion­nels, des repos, des congés, etc.

Comment s’exerce ce droit ?

Le droit d’accès est par prin­cipe gra­tuit et peut s’exercer sur place ou par écrit, y com­pris par voie élec­tro­nique. Une copie des don­nées est déli­vrée au ou à la salariéE à sa demande sans qu’aucun coût ne puisse lui être exi­gé, sauf si les demandes sont mani­fes­te­ment infon­dées ou exces­sives (exemple : demandes répé­ti­tives). L’employeur doit répondre à la demande dans les meilleurs délais sans dépas­ser un délai d’un mois à comp­ter de la récep­tion de la demande.

Au besoin, compte tenu de la com­plexi­té et du nombre de demandes qui devra être jus­ti­fiée par l’entreprise, ce délai peut être pro­lon­gé de deux mois sup­plé­men­taires. Dans ce cas, le ou la salariéE ou ancienNE salariéE doit être informéE de cette pro­lon­ga­tion et de ses motifs dans le délai d’un mois à comp­ter de la récep­tion de la demande.

En cas de défaut de réponse dans ce délai (1 ou 3 mois selon le cas), ou de réponse non satis­fai­sante, le ou la salariéE peut intro­duire une récla­ma­tion auprès de la CNIL et/ou for­mer un recours juri­dic­tion­nel à l’encontre de l’entreprise.

Une ten­ta­tive d’extorsion de fonds ?

Au mois de mai 2021, des salariéEs de l'entreprise ont for­mu­lé « mas­si­ve­ment » (selon les termes de la direc­tion) des demandes d’accès à leur dos­sier pro­fes­sion­nel, en l’occurrence des demandes de trans­mis­sion des copies de leurs « extrac­tions Girafe » 2018, 2019 et 2020. Trois ans en arrière, car il s’agit du délai maxi­mum concer­nant les récla­ma­tions d’ordre sala­rial aux Prud’hommes.

Alors que l’employeur est tenu de faci­li­ter l’exercice des droits des salariéEs en la matière, la direc­tion de Captrain France a fait un choix insen­sé. Elle a recon­nu que le droit d’obtenir une copie du décompte du temps de tra­vail existe bien, mais a consi­dé­ré que les demandes seraient exces­sives lorsqu’elles por­te­raient sur une période supé­rieure à douze mois, ou une période, quelle que soit sa durée, anté­rieure aux douze der­niers mois. Les demandes répé­ti­tives, c’est-à-dire plus de deux par an, seraient éga­le­ment consi­dé­rées comme exces­sives. Pour toute demande exces­sive, le paie­ment d’un coût for­fai­taire serait exi­gé de la part des salariéEs pour l’obtention des docu­ments en ques­tion, à savoir un coût de 150 euros ! Toutes les demandes récem­ment for­mu­lées se voyaient donc empê­chées, puisqu’aucunE salariéE ne pou­vait béné­fi­cier d’une année civile com­plète… A moins de se sou­mettre à un tel paie­ment contraint.

Alors même que l’article 5 de l’accord de branche rela­tif à l’organisation du tra­vail, auquel est sou­mis Captrain France, impose à l’employeur de conser­ver ces docu­ments pen­dant trois années. Et alors même que le RGPD impose à l’employeur le prin­cipe de la gratuité !

« L'extorsion est le fait d'obtenir par vio­lence, menace de vio­lences ou contrainte soit une signa­ture, un enga­ge­ment ou une renon­cia­tion, soit la révé­la­tion d'un secret, soit la remise de fonds, de valeurs ou d'un bien quel­conque ». Cette déci­sion osée de la direc­tion n’est-elle pas une ten­ta­tive d’obtenir par contrainte la remise de fonds ? ChacunE pour­ra se faire son opi­nion. Quoi qu’il en soit, cette déci­sion avait à l’évidence deux objec­tifs : dis­sua­der les salariéEs de faire de telles demandes (alors qu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’un droit), et gagner du temps… Mais quand on y pense : contraindre unE salariéE à payer 150 euros alors qu’on est dans l’obligation légale de don­ner suite à sa demande gratuitement, dans une période où tout le monde sait que la direc­tion gère mal l’entreprise parce que les salaires n’évoluent pas tan­dis que les condi­tions de tra­vail se dégradent consi­dé­ra­ble­ment, quel affront insul­tant à l’égard des salariéEs !

Victoire des salariéEs, un camou­flet pour la direction !

Durant l’été, suite à cette réponse de la direc­tion, bon nombre des salariéEs qui avaient fait demande d’une copie de leurs « extrac­tions Girafe » ne se sont pas lais­sés faire et ont adres­sé chacunE une plainte à la CNIL, avec l’aide et l’appui de SUD-Rail.

La CNIL, qui est dotée d’un pou­voir de sanc­tion, est inter­ve­nue auprès de l'entreprise. Début sep­tembre, confor­mé­ment au droit, touTEs les salariéEs concernéEs rece­vaient sans tar­der et gratuitement, de la part de la direc­tion, l’intégralité des « extrac­tions Girafe » demandées !

Grâce à la mobi­li­sa­tion de ces salariéEs et de SUD-Rail, l’ensemble des salariéEs de l’entreprise ont désor­mais accès gratuitement à la trans­mis­sion des copies de docu­ments de leur dos­sier pro­fes­sion­nel, et notam­ment au décompte de leur durée de tra­vail por­tant jusqu’aux trois années anté­rieures. Une vic­toire qui prouve à nou­veau la néces­si­té de s’engager collectivement !

SUD-Rail est déjà en mesure de dire que les « extrac­tions Girafe » 2018, 2019 et 2020 révèlent des aber­ra­tions en termes d’organisation de la durée de tra­vail ! La suite au pro­chain épisode…

A lire dans la même catégorie

NAO 2024 : Nos revendications

NAO 2024 : Nos revendications

La der­nière réunion de la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) 2024 chez Captrain France aura lieu le 7 mars pro­chain. Dans ce cadre, les orga­ni­sa­tions syn­di­cales (OS) devaient trans­mettre leurs reven­di­ca­tions à la direc­tion au plus tard le 23 février. Après avoir fait comme chaque année le tour de la plu­part des sites de l’entreprise pour récol­ter les reven­di­ca­tions, voi­ci les pro­po­si­tions qui seront défen­dues par SUD-Rail.

Élections professionnelles : Ouvriers, renversons la vapeur !

Élections professionnelles : Ouvriers, renversons la vapeur !

Le 1er tour des élec­tions pro­fes­sion­nelles chez Captrain France s’est ache­vé le 19 décembre 2023. Verdict : avec une par­ti­ci­pa­tion glo­bale qui aug­mente légè­re­ment par rap­port à 2019 pour atteindre 51,63%, SUD-Rail devient la pre­mière orga­ni­sa­tion syn­di­cale dans l’entreprise, en récol­tant 44,86% des suf­frages, soit 10,86 points de plus qu’en 2019 ! Mais comme d’habitude, le quo­rum n’a mal­heu­reu­se­ment pas été atteint dans les scru­tins du col­lège « ouvriers et employés ». Un second tour, uni­que­ment pour ce col­lège, aura donc lieu du jeu­di 28 décembre 2023 à 9h jusqu’au 2 jan­vier 2024 à 10h. Voici les enjeux de ce second tour.

Élections professionnelles : Dernières considérations avant le 1er tour

Élections professionnelles : Dernières considérations avant le 1er tour

Du jeu­di 14 décembre 2023 à 9h jusqu’au mar­di 19 décembre 2023 à 10h se tient le pre­mier tour des élec­tions pro­fes­sion­nelles chez Captrain France. Les salarié.es de l’entreprise sont invité.es, pour les quatre pro­chaines années, à élire, par vote élec­tro­nique, leurs représentant.es du per­son­nel au Comité Social et Economique (CSE), ain­si qu’à déter­mi­ner par la même occa­sion le taux de repré­sen­ta­ti­vi­té de chaque orga­ni­sa­tion syn­di­cale pour la vali­da­tion des futurs accords d’entreprise. C’est donc un moment déci­sif pour l’avenir de nos condi­tions de rému­né­ra­tion et de tra­vail dans l’entreprise.

Élections professionnelles : Pourquoi il faut voter SUD-Rail

Élections professionnelles : Pourquoi il faut voter SUD-Rail

En cette fin d’année 2023 aura lieu chez Captrain France le renou­vel­le­ment des ins­tances de repré­sen­ta­tion du per­son­nel. Les élec­tions pro­fes­sion­nelles, au cours des­quelles les salarié.es sont invité.es à voter, vont déter­mi­ner, pour les quatre pro­chaines années, la com­po­si­tion du Comité Social et Economique (CSE), ain­si que le taux de repré­sen­ta­ti­vi­té des orga­ni­sa­tions syn­di­cales qui vont négo­cier les accords d’entreprise. C’est une échéance cru­ciale pour la défense des inté­rêts des salarié.es. Le pre­mier tour de ces élec­tions se tien­dra, par voie élec­tro­nique, du jeu­di 14 décembre 2023 à 9h jusqu’au mar­di 19 décembre 2023 à 10h.

Notre bilan d'activité 2020-2023

Notre bilan d'activité 2020-2023

Forte des résul­tats des der­nières élec­tions pro­fes­sion­nelles dans l'entreprise, pour la mise en place inédite du CSE, impo­sée à l’époque par la récente loi « Travail », la pre­mière man­da­ture de cette ins­tance, qui se sera éta­lée du 1er jan­vier 2020 au 02 jan­vier 2024, aura vu une délé­ga­tion SUD-Rail Captrain par­ti­cu­liè­re­ment effi­cace, capable d’une pro­duc­tion syn­di­cale jamais vue dans l’entreprise, pour défendre les inté­rêts des salarié.es. C’est main­te­nant l’heure pour nous de rendre des comptes.

Archives communiqués

Partagez !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !