14 mars 2020
CORONAVIRUS : DROIT D’ALERTE
14 mars 2020
Sommaire
1. Mieux vaut pré­ve­nir que mourir 
2. ATTENTION !

Nous vivons actuel­le­ment la plus grave crise sani­taire depuis un siècle sur le ter­ri­toire fran­çais. A ce jour, le virus SARS-CoV-2, qui cause la mala­die du Covid-19 (un nou­veau coro­na­vi­rus), a fait plus de 5000 morts dans le monde, sur bien­tôt 140 000 conta­mi­na­tions dans près de 120 pays. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a rele­vé à son degré maxi­mal le niveau de la menace et a appe­lé tous les pays encore épar­gnés à se pré­pa­rer à l’arrivée du Covid-19, en rap­pe­lant que « le virus ne res­pecte pas les fron­tières » et que se croire à l’abri de la mala­die serait une « erreur fatale ».

En Europe, l’Italie est le pre­mier foyer épi­dé­mique, avec plus de 12000 per­sonnes infec­tées dont plus de mille sont décé­dées. En France, à ce jour, près de 3000 cas sont confir­més dont une soixan­taine de décès.

D'après le dis­cours du Président de la République du 12 mars der­nier, « nous ne sommes qu'au début de cette épi­dé­mie » ; il faut « se pré­pa­rer à une deuxième vague qui tou­che­ra des per­sonnes plus jeunes » ; « l''urgence est de frei­ner l'épidémie ».

En consé­quence, des mesures ont été annon­cées : dès lun­di 16 mars, et jusqu'à nou­vel ordre, les crèches, les écoles, les col­lèges, les lycées et les uni­ver­si­tés seront fer­més. Il est deman­dé aux entre­prises de per­mettre à leurs employéEs de tra­vailler à dis­tance. TouTEs les résidentEs du pays sont invitéEs à limi­ter leurs dépla­ce­ments au strict néces­saire. Les ras­sem­ble­ments de plus de 100 per­sonnes sont désor­mais inter­dits par­tout en France. Ces mesures sont par­fois plus res­tric­tives dans cer­taines régions.

Mieux vaut pré­ve­nir que mourir 

Chez VFLI, cer­tains tra­fics sont par­ti­cu­liè­re­ment sen­sibles (le Modane et le Vintimille), mais les autres tra­fics concer­nés par les foyers à hauts risques le sont tout autant. Les machines, les per­son­nels, sont des vec­teurs poten­tiels de trans­mis­sion du virus. Toute contrac­tion de ce der­nier peut faci­le­ment se pro­pa­ger aux col­lègues des autres régions, par une simple poi­gnée de main, un simple bon­jour, un bref échange ver­bal, la simple mani­pu­la­tion des élé­ments d’un pupitre… Les craintes expri­mées par les salariéEs sont donc tota­le­ment justifiées.

Afin de garan­tir l’intégrité de notre san­té à touTEs et celle de nos proches, SUD-Rail VFLI a fait usage du droit d’alerte, via sa délé­ga­tion d’éluEs, en deman­dant à la direc­tion à la fois une trans­pa­rence com­plète sur l’évolution de la situa­tion au sein de l’entreprise et la sus­pen­sion de la tota­li­té des tra­fics jusqu’à nou­vel ordre.

Il ne s’agit pas de « céder à la panique », mais de prendre cette menace au sérieux. UnE seulE salariéE contaminéE serait unE de trop. Avec ce droit d’alerte, c’est à la direc­tion de prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés : elle peut suivre nos recom­man­da­tions ou non… Quoiqu’il en soit, elle est tenue par « l’obligation de résultats ».

Nous rap­pe­lons à l’ensemble des salariéEs que la situa­tion actuelle exige une rigueur accrue. Les divers gestes pré­ven­tifs – se laver fré­quem­ment les mains, évi­ter les poi­gnées de main et embras­sades, res­pec­ter une dis­tance d’au moins un mètre à l’égard des per­sonnes – peuvent être vitaux.

Nous avons bien pris connais­sance de la note d'information affi­chée par la direc­tion de VFLI dès le 28 février et mise à jour régu­liè­re­ment. Néanmoins, cette note nous semble très insuf­fi­sante, notam­ment par rap­port aux recom­man­da­tions de l’OMS. Elle n’impose même pas la mise à dis­po­si­tion sur tous les sites de l'entreprise de moyens de pro­tec­tion indi­vi­duelle pour chacunE des salariéEs : masques, gels hydro­al­coo­liques, lin­gettes dés­in­fec­tantes, gants, etc. Pour nous, la pré­ven­tion du risque doit être maximale.

ATTENTION !

ATTENTION : Ce droit d’alerte dépo­sé par la délé­ga­tion SUD-Rail ne consti­tue pas un droit de retrait. Toutefois, toutE salariéE se sen­tant menacéE par ce dan­ger et sou­hai­tant user de son droit de retrait est vive­ment invitéE à nous contacter avant de prendre une déci­sion qui pour­rait lui être contes­tée par l’entreprise.

A lire dans la même catégorie

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Dans le cadre de la jour­née de grève natio­nale inter­pro­fes­sion­nelle appe­lée le jeu­di 29 sep­tembre pro­chain par l’Union syn­di­cale Solidaires et la confé­dé­ra­tion CGT, notam­ment pour l’augmentation géné­rale des salaires, SUD-Rail Captrain appelle l’ensemble des salariéEs de l’entreprise à la mobi­li­sa­tion, par la grève, du 28 sep­tembre à 12h au 30 sep­tembre à 12h, et par la mani­fes­ta­tion de rue le 29 sep­tembre, pour reven­di­quer une aug­men­ta­tion de tous les salaires de l’entreprise à hau­teur de l’inflation.

Le vase se remplit...

Le vase se remplit...

SUD-Rail est de plus en plus sol­li­ci­tée par tou­jours plus de salariéEs de l’entreprise, de toutes les régions. Partout, le même constat : les condi­tions de tra­vail conti­nuent de se dégra­der, les effec­tifs sont insuf­fi­sants, les salaires ne sont tou­jours pas à la hau­teur du tra­vail four­ni. Constater, faire remon­ter, aler­ter, c’est essen­tiel. Mais chacunE doit désor­mais prendre conscience qu’il faut s’organiser pour agir.

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

L’accord de NAO qui a été trou­vé ce 14 décembre chez Captrain France n’est pas ordi­naire. C’est l’un des meilleurs accords de l’histoire de l’entreprise qui pren­dra effet au 1er jan­vier 2022. Même si le contexte infla­tion­niste du pays atté­nue consi­dé­ra­ble­ment la por­tée de cet accord, le fait est qu’enfin la direc­tion a mon­tré par un geste fort qu’elle enten­dait SUD-Rail.

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

Chaque année chez Captrain France, la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) se tient en fin d’année. Cette année, la troi­sième et der­nière réunion est pré­vue le 14 décembre 2021. En vue de cette réunion, les orga­ni­sa­tions syn­di­cales devaient trans­mettre leurs reven­di­ca­tions à la direc­tion au plus tard le 26 novembre. Et cette année, SUD-Rail innove.

DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !

DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !

Des salariéEs de Captrain France ont dû mener bataille pour obte­nir le res­pect du droit d'accès direct et gra­tuit à leurs don­nées per­son­nelles, face à une direc­tion déci­dée à oser ce qui res­semble à une ten­ta­tive mal­adroite d’extorsion de fonds.

LA TENSION MONTE...

LA TENSION MONTE...

Depuis quelques années, la ten­sion sociale ne cesse de mon­ter signi­fi­ca­ti­ve­ment dans l’entreprise. Les condi­tions de rému­né­ra­tion par­ti­cu­liè­re­ment mau­vaises y sont, depuis tou­jours, pour quelque chose. Mais à cela se sont ajou­tées au fil des mois à la fois une dégra­da­tion impor­tante des condi­tions de tra­vail et une atti­tude par­ti­cu­liè­re­ment irres­pon­sable de la direction.

Archives communiqués

Aidez-nous !

Aidez-nous !

Pour que Voix-Libres vive nous avons besoin de votre participation. Que vous soyez adhérent à Sud-Rail VFLI ou non, vous êtes libres de participer au projet si cela vous tente.

Comme vous pouvez le constater, certaines rubriques du site sont encore vides ou peu fournies. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos idées.

 Si vous avez déjà un article sous la main à proposer,  vous pouvez l'envoyer au format pdf via la rubrique contact. Vous pouvez également nous envoyer des photos qui pourront être selectionnées pour la photo du mois.

 

SOUMETTRE UN ARTICLE

You have Successfully Subscribed!

Partagez !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !

Photo de Dylan Gillis sur Unsplash