3 mai 2021
Coup de poignard dans le dos !
3 mai 2021
Sommaire

1. A quoi sert le recours à une expertise ?

2. Trahison en séance !

Le 29 avril 2021 se tenait une réunion ordi­naire du CSE de Captrain. A l’ordre du jour, une fois n’est pas cou­tume, figu­rait un point por­tant sur la dési­gna­tion d’un cabi­net d’expertise pour pro­cé­der au diag­nos­tic d’une part de la situa­tion éco­no­mique et finan­cière de l'entreprise et d’autre part de sa poli­tique sociale et condi­tions de tra­vail. On ne sau­ra jamais ce que les éluEs CGT et UNSA ont fait perdre aux salariéEs !

A quoi sert le recours à une expertise ?

Le code du tra­vail oblige l’employeur à consul­ter le CSE sur un cer­tain nombre de sujets. Il existe notam­ment trois consul­ta­tions récur­rentes obli­ga­toires : sur la situa­tion éco­no­mique et finan­cière de l’entreprise, sur la poli­tique sociale, les condi­tions de tra­vail et l’emploi dans l’entreprise, et sur les orien­ta­tions stra­té­giques de l’entreprise.

Chaque année en prin­cipe, l’employeur four­nit les infor­ma­tions néces­saires aux membres du CSE, qui doivent donc émettre un avis sur cha­cun de ces thèmes. Mais chez Captrain, un accord d’entreprise moins bon que le code du tra­vail per­met à l’employeur de ne consul­ter chaque année les membres du CSE que sur la situa­tion éco­no­mique et finan­cière d’une part, et sur la poli­tique sociale, les condi­tions de tra­vail et l’emploi d’autre part. La consul­ta­tion sur les orien­ta­tions stra­té­giques n’a lieu qu’une fois tous les trois ans.

Quoi qu’il en soit, pour émettre un avis lors d’une consul­ta­tion récur­rente, le CSE a le droit de recou­rir à un cabi­net d’expertise. Les infor­ma­tions sur ces sujets étant tou­jours très com­plexes et poin­tues, le recours à des experts per­met d’obtenir en moins de 2 mois des rap­ports pré­cis, chif­frés, com­plets, objec­tifs et com­pré­hen­sibles par les salariéEs, qui per­mettent aux éluEs du CSE d’émettre un avis éclairé.

En l’occurrence, dési­gner un cabi­net d’expertise en vue des consul­ta­tions récur­rentes pré­vues cette année et por­tant, d’une part, sur la situa­tion éco­no­mique et finan­cière de l’entreprise en 2020, et d’autre part sur la poli­tique sociale, les condi­tions de tra­vail et l’emploi en 2020, aurait per­mis, par exemple, de savoir dans le détail (à plus forte rai­son pour une année aus­si pénible que celle que nous avons traversée) :

  • Comment l’entreprise est pas­sée d’un bud­get pré­vi­sion­nel de – 20 mil­lions d’euros (ce qui a per­mis à la direc­tion de com­pres­ser les salariéEs à tous les niveaux), à un résul­tat final de + 1,5 mil­lion d’euros ;
  • Comment l’entreprise a géré l’impact finan­cier des grèves SNCF pro­vo­quées par le pro­jet de des­truc­tion du sys­tème des retraites vou­lu par Macron ;
  • Comment l’entreprise a géré éco­no­mi­que­ment, finan­ciè­re­ment et socia­le­ment l’impact de la pan­dé­mie de Covid-19 ;
  • Pourquoi l’entreprise a refu­sé d’indemniser à 100 % les salariéEs qu’elle a placéEs en chô­mage partiel ;
  • Où va l’argent des salariéEs, et com­bien, au sein de Rail Logistics Europe et du Groupe SNCF dont fait par­tie Captrain ;
  • Comment l’entreprise mène sa poli­tique de for­ma­tion et de fidé­li­sa­tion, qui conduit à des vagues suc­ces­sives de départs de salariéEs ;
  • Quel est le bilan des jours épar­gnés sur CET et des congés « perdus » ;
  • Quel est le bilan des repos dus ;
  • Comment l’entreprise mène sa poli­tique d’évolution des salaires ;
  • Etc. (tout ce que les salariéEs auraient vou­lu savoir sur ces thèmes).

De tels rap­ports auraient per­mis aux salariéEs, sans aucun doute, de décou­vrir un cer­tain nombre de réa­li­tés de l’entreprise, comme c’est régu­liè­re­ment le cas lors de recours à une exper­tise. Sur la base de tels rap­ports, les orga­ni­sa­tions syn­di­cales seraient notam­ment arri­vées mieux armées pour les NAO de fin d’année et les négo­cia­tions d’accords pré­vues, et auraient sans aucun doute obte­nu beau­coup plus d’améliorations dans l’intérêt des salariéEs.

C’est aus­si très sain pour l’entreprise de faire appel, au moins de temps en temps, à une inter­ven­tion exté­rieure, pour garan­tir que la direc­tion ne reste pas cloi­trée dans ses habi­tudes et ses sché­mas, les­quels peuvent tout à fait dégé­né­rer abu­si­ve­ment dans son propre inté­rêt au détri­ment des salariéEs, sans que les membres du CSE aient les com­pé­tences pour le savoir.

Le recours à un cabi­net d’expertises ne coûte abso­lu­ment rien au CSE pour ces deux consul­ta­tions récur­rentes : c’est l’employeur qui paie. Et ça en vaut poten­tiel­le­ment le coup pour les salariéEs. Il n’y a rien à perdre, et tout à gagner.

Trahison en séance !

Ce recours à une exper­tise n’aura pas lieu cette année, faute de majo­ri­té abso­lue à l’occasion du vote lors de la réunion du CSE. Pour qu’une réso­lu­tion du CSE soit vali­dée, il faut obli­ga­toi­re­ment un vote favo­rable d’au moins la moi­tié des éluEs présentEs + 1. Ce jour-là, toute la délé­ga­tion du per­son­nel était pré­sente, soit 16 membres ayant voix déli­bé­ra­tive. Il fal­lait donc au mini­mum 9 votes « pour », afin que la réso­lu­tion soit adop­tée.
Le vote a don­né le résul­tat suivant :

  • Les 7 éluEs SUD-Rail + 1 élu CGT ont voté « pour », ce qui fait 8 votes « pour » ;
  • 5 élus CGT + 1 élue UNSA ont voté « contre », ce qui fait 6 votes « contre » ;
  • 2 élus UNSA ont voté « abstention ».

Il a donc man­qué une seule voix pour adop­ter la résolution…

Que la direc­tion fasse un dis­cours insis­tant avant le vote, pour convaincre les membres du CSE de ne pas voter « pour », n’a rien de sur­pre­nant : elle n’a aucu­ne­ment envie que des experts mettent le nez dans son busi­ness et révèlent poten­tiel­le­ment des scan­dales, ou quoi que ce soit qui entache encore sa crédibilité.

Que les éluEs UNSA ne votent pas « pour » n’a rien de sur­pre­nant non plus : essen­tiel­le­ment dans l’encadrement et pro-direction, il n’y a rien à attendre de leur côté pour défendre les inté­rêts des salariéEs.

Mais concer­nant la CGT, c’est une honte !
Cette déli­bé­ra­tion a été ins­crite à l’ordre du jour, à la demande de la délé­ga­tion SUD-Rail por­tant la demande de salariéEs, qui a consul­té aupa­ra­vant la délé­ga­tion CGT. Cette der­nière a confir­mé qu’il y aurait suf­fi­sam­ment d’élus CGT pour voter « pour », signi­fiant que la réso­lu­tion serait donc adop­tée. C’est la rai­son pour laquelle elle a été ins­crite à l’ordre du jour. A défaut, évi­dem­ment, elle n’y aurait pas été ins­crite.
Et en séance, le moment venu, un seul élu CGT vote « pour » et 5 autres votent « contre » !

Un coup de poi­gnard dans le dos de SUD-Rail, mais sur­tout un désa­veu pour l’ensemble des salariéEs de l’entreprise !

Ce sont les salariéEs qui se voient privéEs d’un droit pré­cieux, d’une infor­ma­tion cru­ciale, et sur­tout poten­tiel­le­ment de tout ce que les rap­ports d’expertise leur auraient appor­té à tra­vers notam­ment des accords d’entreprise de plus haut niveau, ce qui aurait pu être consi­dé­rable ; mais on ne le sau­ra jamais...

Bravo et mer­ci au seul élu CGT pour son cou­rage et sa fidé­li­té aux valeurs authen­tiques de la CGT !

Au niveau inter­pro­fes­sion­nel, la CGT est sans aucun doute l’une des orga­ni­sa­tions syn­di­cales qui a le plus recours à des exper­tises, his­to­ri­que­ment com­bat­tive et atta­chée à user des droits conquis pour ser­vir au mieux les inté­rêts des salariéEs.

Mais chez Captrain, la CFDT (oups, par­don), la CGT n’a rien à voir avec la CGT : com­plè­te­ment docile, elle ne fait abso­lu­ment rien dans l’intérêt des salariéEs, dès lors que, pour ce faire, elle devrait frois­ser un tant soit peu la direc­tion… Il n’y a que chez Captrain qu’on peut voir la CGT faire échouer le recours à une expertise !

La CGT chez Captrain est foca­li­sée sur la pré­ser­va­tion et le sau­ve­tage de son petit appa­reil et de son image, quitte à pac­ti­ser avec l’air du temps patro­nal s’il le faut, plu­tôt que sur les inté­rêts pro­fonds et durables des salariéEs. Il suf­fit de consul­ter les procès-verbaux des réunions de CSE et les accords d’entreprise signés pour mesu­rer l’écart abys­sal qui la sépare d’une CGT his­to­ri­que­ment et authen­ti­que­ment au ser­vice des salariéEs et du pro­grès social.

Rien de tel qu’une tra­hi­son de ce genre pour dété­rio­rer consi­dé­ra­ble­ment les rela­tions inter-syndicales. Or les salariéEs n’ont pas besoin de cela. La « guerre » inter-syndicale, sur­tout entre la CGT et SUD-Rail, fait évi­dem­ment le jeu de la direction.

Les salariéEs ont besoin de l’unité syn­di­cale en défense de leurs inté­rêts, sur­tout l’unité de la CGT et SUD-Rail. Si ce n’est pas le pro­jet de la CGT, nous invi­tons les salariéEs à conti­nuer de rejoindre SUD-Rail !

Plus nous serons nom­breuses et nom­breux,
mieux nous pour­rons défendre nos inté­rêts sans en être empêchés !

A lire dans la même catégorie

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Toutes et tous en grève le 29 septembre !

Dans le cadre de la jour­née de grève natio­nale inter­pro­fes­sion­nelle appe­lée le jeu­di 29 sep­tembre pro­chain par l’Union syn­di­cale Solidaires et la confé­dé­ra­tion CGT, notam­ment pour l’augmentation géné­rale des salaires, SUD-Rail Captrain appelle l’ensemble des salariéEs de l’entreprise à la mobi­li­sa­tion, par la grève, du 28 sep­tembre à 12h au 30 sep­tembre à 12h, et par la mani­fes­ta­tion de rue le 29 sep­tembre, pour reven­di­quer une aug­men­ta­tion de tous les salaires de l’entreprise à hau­teur de l’inflation.

Le vase se remplit...

Le vase se remplit...

SUD-Rail est de plus en plus sol­li­ci­tée par tou­jours plus de salariéEs de l’entreprise, de toutes les régions. Partout, le même constat : les condi­tions de tra­vail conti­nuent de se dégra­der, les effec­tifs sont insuf­fi­sants, les salaires ne sont tou­jours pas à la hau­teur du tra­vail four­ni. Constater, faire remon­ter, aler­ter, c’est essen­tiel. Mais chacunE doit désor­mais prendre conscience qu’il faut s’organiser pour agir.

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

NAO 2022 : QUI L'EÛT CRU ?

L’accord de NAO qui a été trou­vé ce 14 décembre chez Captrain France n’est pas ordi­naire. C’est l’un des meilleurs accords de l’histoire de l’entreprise qui pren­dra effet au 1er jan­vier 2022. Même si le contexte infla­tion­niste du pays atté­nue consi­dé­ra­ble­ment la por­tée de cet accord, le fait est qu’enfin la direc­tion a mon­tré par un geste fort qu’elle enten­dait SUD-Rail.

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

NAO 2022 : AUGMENTEZ LES SALAIRES !

Chaque année chez Captrain France, la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) se tient en fin d’année. Cette année, la troi­sième et der­nière réunion est pré­vue le 14 décembre 2021. En vue de cette réunion, les orga­ni­sa­tions syn­di­cales devaient trans­mettre leurs reven­di­ca­tions à la direc­tion au plus tard le 26 novembre. Et cette année, SUD-Rail innove.

DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !

DOSSIER PROFESSIONNEL : VICTOIRE DES SALARIES !

Des salariéEs de Captrain France ont dû mener bataille pour obte­nir le res­pect du droit d'accès direct et gra­tuit à leurs don­nées per­son­nelles, face à une direc­tion déci­dée à oser ce qui res­semble à une ten­ta­tive mal­adroite d’extorsion de fonds.

LA TENSION MONTE...

LA TENSION MONTE...

Depuis quelques années, la ten­sion sociale ne cesse de mon­ter signi­fi­ca­ti­ve­ment dans l’entreprise. Les condi­tions de rému­né­ra­tion par­ti­cu­liè­re­ment mau­vaises y sont, depuis tou­jours, pour quelque chose. Mais à cela se sont ajou­tées au fil des mois à la fois une dégra­da­tion impor­tante des condi­tions de tra­vail et une atti­tude par­ti­cu­liè­re­ment irres­pon­sable de la direction.

Archives communiqués

Aidez-nous !

Aidez-nous !

Pour que Voix-Libres vive nous avons besoin de votre participation. Que vous soyez adhérent à Sud-Rail VFLI ou non, vous êtes libres de participer au projet si cela vous tente.

Comme vous pouvez le constater, certaines rubriques du site sont encore vides ou peu fournies. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos idées.

 Si vous avez déjà un article sous la main à proposer,  vous pouvez l'envoyer au format pdf via la rubrique contact. Vous pouvez également nous envoyer des photos qui pourront être selectionnées pour la photo du mois.

 

SOUMETTRE UN ARTICLE

You have Successfully Subscribed!

Partagez !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à partager !

Photo de Dylan Gillis sur Unsplash